Publié dans Politique

Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott

Publié le jeudi, 24 septembre 2020


Les ténors du parti « Tiako i Madagasikara » ont tenu un rassemblement hier à son quartier général à Bel’Air. Les actualités politiques ont été au cœur des discussions à cette occasion et ce, en présence de l’ancien président, Marc Ravalomanana. D’après les propos de ce fondateur du TIM, cette réunion avait pour objectif de « rappeler les idéologies politiques, les règles du parti, ainsi que les motivations dictées par l’intérêt du peuple».  Force est pourtant de constater que les décisions qui y ont découlé sont loin de revêtir un caractère d’intérêt général. En effet, comme il fallait s’y attendre, les barons du TIM ont officialisé leur décision de boycotter les élections sénatoriales le 11 décembre prochain. Un boycott déjà prévisible vu les nombreuses gesticulations auxquelles cette formation politique s’est adonnée envers d’autres opposants ces derniers temps. Des démarches visant à torpiller les scrutins pour le renouvellement des membres du Sénat.
Plus d’un observateur estiment que cette démarche du TIM n’est rien d’autre qu’une nouvelle manœuvre politique dans le but d’esquiver une nouvelle épreuve des urnes. En effet, bien que les sénatoriales concernent uniquement les grands électeurs, les partis de l’opposition auront beaucoup de mal à faire élire des candidats étant donné le nombre très réduit de siège à la Chambre haute.
La CENI dans la ligne de mire
Outre une peur farouche de la défaite par la voie des urnes à travers ce boycott, l’on ne peut s’empêcher d’y voir un acte de sabotage. Ces scrutins étant une étape qui tend vers la promesse du Président Andry Rajoelina de diminuer l’effectif au Sénat à défaut de suppression de cette institution pour le moment. L’opposition souhaite ainsi faire perdre le régime en crédibilité en tentant le tout pour le tout afin de décaler les élections sénatoriales le plus tardivement possible.
Dans leur manœuvre, les opposants y compris le parti de l’ancien Chef d’Etat ont pris pour cible la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’opposition multiplie les critiques et attaques ouvertes contre ladite commission qui est alors accusée de tous les torts dont le manque de transparence dans l’organisation des dernières élections, par exemple. Des élections auxquelles le TIM n’a pourtant pas hésité à y participer à l’instar des communales et municipales, ou encore les législatives. Au final, il est plus que certain que cette démarche du TIM aboutira à des contestations post – électorales, une fois que les scrutins seront achevés.
La Rédaction

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff