Publié dans Politique

Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »

Publié le lundi, 19 octobre 2020

Le directeur de cabinet du ministère de la Justice, Raby Ainarimanga Savatsara, est intervenu, hier à Ampefiloha, lors des ateliers du Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l'Etat de droit (HCDDED). Elle a crevé l'abcès et affirma que c'est le système judiciaire qui est corrompu.

 

Les ateliers du HCDDED en collaboration avec l'Organisation internationale de la Francophonie se poursuivent au Sweety Pastry Ampefiloha. Hier, le ministère de la Justice a participé à l'atelier à travers le directeur de cabinet du ministère, Raby Ainarimanga Savatsara. Lors de son intervention, elle a crevé l'abcès en affirmant clairement que « c'est le système judiciaire qui est corrompu ».

Elle a expliqué que le système judiciaire n'est pas seulement composé de magistrats. Il existe des sous-ensembles qui composent le système judiciaire, entre autres les magistrats, les agents de l'administration pénitentiaire, les avocats, les greffiers, les huissiers, les notaires, les officiers de police judiciaire et les auxiliaires de justice.

Dans la lutte contre la corruption au sein de la justice, il ne faut pas prendre par secteur mais avoir une vue d'ensemble du système et agir sur le système. Il est indéniable en effet que lutter contre la corruption dans un corps déterminé n'apportera pas les résultats escomptés puisque les autres secteurs baignent dans celle-ci.

Face à ce constat, le ministère de la Justice développe une stratégie pour lutter contre ce fléau qui en gangrène l'administration. Cette stratégie tient compte des racines même qui font germer la corruption au sein du système judiciaire. D'ailleurs, les responsables au niveau du ministère tentent ainsi de déraciner la corruption pour l'affaiblir au maximum.

Dans tous les cas, le ministère de la Justice est toujours pointé du doigt quand on évoque le phénomène au sein de l'administration publique. Le directeur de cabinet a expliqué que les responsables actuels déploient des moyens incommensurables pour rétablir la confiance des usagers envers la Justice.

Elle a cité, entre autres, les affectations massives au sein du ministère. Il y a eu une vague d'affectations au sein des magistrats et d'autres corps. Les campagnes de sensibilisation et d'éducation se multiplient pour faire connaître à la population le système judiciaire et les lois en vigueur, des réformes sont en cours pour améliorer le système judiciaire en général.

Comme Rome ne s'est pas fait en un jour, la réforme du système judiciaire ne se fera pas en un jour également. Il faut de la constance dans l'application de la loi, de la volonté dans les actions à entreprendre. Le rétablissement de la confiance de la population et des usagers du service public de la justice réduira sensiblement l'insécurité dans le pays.

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff