Publié dans Politique

Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »

Publié le lundi, 19 octobre 2020

Le directeur de cabinet du ministère de la Justice, Raby Ainarimanga Savatsara, est intervenu, hier à Ampefiloha, lors des ateliers du Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l'Etat de droit (HCDDED). Elle a crevé l'abcès et affirma que c'est le système judiciaire qui est corrompu.

 

Les ateliers du HCDDED en collaboration avec l'Organisation internationale de la Francophonie se poursuivent au Sweety Pastry Ampefiloha. Hier, le ministère de la Justice a participé à l'atelier à travers le directeur de cabinet du ministère, Raby Ainarimanga Savatsara. Lors de son intervention, elle a crevé l'abcès en affirmant clairement que « c'est le système judiciaire qui est corrompu ».

Elle a expliqué que le système judiciaire n'est pas seulement composé de magistrats. Il existe des sous-ensembles qui composent le système judiciaire, entre autres les magistrats, les agents de l'administration pénitentiaire, les avocats, les greffiers, les huissiers, les notaires, les officiers de police judiciaire et les auxiliaires de justice.

Dans la lutte contre la corruption au sein de la justice, il ne faut pas prendre par secteur mais avoir une vue d'ensemble du système et agir sur le système. Il est indéniable en effet que lutter contre la corruption dans un corps déterminé n'apportera pas les résultats escomptés puisque les autres secteurs baignent dans celle-ci.

Face à ce constat, le ministère de la Justice développe une stratégie pour lutter contre ce fléau qui en gangrène l'administration. Cette stratégie tient compte des racines même qui font germer la corruption au sein du système judiciaire. D'ailleurs, les responsables au niveau du ministère tentent ainsi de déraciner la corruption pour l'affaiblir au maximum.

Dans tous les cas, le ministère de la Justice est toujours pointé du doigt quand on évoque le phénomène au sein de l'administration publique. Le directeur de cabinet a expliqué que les responsables actuels déploient des moyens incommensurables pour rétablir la confiance des usagers envers la Justice.

Elle a cité, entre autres, les affectations massives au sein du ministère. Il y a eu une vague d'affectations au sein des magistrats et d'autres corps. Les campagnes de sensibilisation et d'éducation se multiplient pour faire connaître à la population le système judiciaire et les lois en vigueur, des réformes sont en cours pour améliorer le système judiciaire en général.

Comme Rome ne s'est pas fait en un jour, la réforme du système judiciaire ne se fera pas en un jour également. Il faut de la constance dans l'application de la loi, de la volonté dans les actions à entreprendre. Le rétablissement de la confiance de la population et des usagers du service public de la justice réduira sensiblement l'insécurité dans le pays.

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff