Publié dans Politique

Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle

Publié le dimanche, 25 octobre 2020

La porte-parole du Gouvernement s’est exprimée au cours d’une émission spéciale sur la télévision publique samedi dans la soirée. Lalatiana Andriatongarivo y fait notamment un tour d’horizon de l’actualité du pays. L’occasion pour elle de répondre ainsi aux critiques de l’opposition sur la tenue des élections sénatoriales prévues le 11 décembre prochain. Le TIM de l’ancien Président Marc Ravalomanana ou encore le HVM du Chef de l’Etat sortant Hery Rajaonarimampianina continuent en effet de parler d’un forcing de l’Exécutif. Ils affirment que ces élections sont illégales et précipitées notamment car la liste des grands électeurs n’est pas complète. Des affirmations reprises récemment par le Secrétaire général du premier parti précité, qui confirme par ailleurs ainsi l’intention de sa formation de ne pas participer à ce scrutin. 

La porte-parole du Gouvernement réplique en soulignant que le mandat des actuels sénateurs arrive à échéance au début de l’année prochaine. Puis, Lalatiana Andriatongarivo rappelle que la prolongation du mandat des sénateurs serait contraire à la Constitution. D’où la tenue des élections en cette fin d’année, afin d’éviter un vide institutionnel causé par une éventuelle absence de sénateurs élus, lorsque le mandat des actuels locataires de la Chambre haute du Parlement arrivera à échéance en début d’année prochaine. 

Peur des urnes

A l’argument avancé par l’opposition sur la liste des grands électeurs incomplète, en raison notamment de l’absence d’élus régionaux et provinciaux, Lalatiana Andriatongarivo rétorque que l’absence de ces élus n’est pas à imputer à l’actuel régime. Elle affirme en effet que les précédents dirigeants n’ont pas cru bon de tenir ces élections. La ministre appelle notamment à diriger les regards vers les ex-ténors de l’ancien régime, qui critiquent aujourd’hui l’absence des élus régionaux et provinciaux, sur les raisons pour lesquelles ces élections n’ont pas eu lieu en cinq ans. En tout cas, pour la porte-parole du Gouvernement, une chose est claire, la non-tenue des élections en cette fin d’année, soit avant la fin du mandat des acteurs sénateurs, serait contraire à la Constitution. « En tenant ces élections cette année, nous respectons la loi fondamentale », dit-elle. 

Parlant du boycott du TIM et du HVM, notamment, Lalatiana Andriatongarivo, préfère mettre en avant certaines statistiques, évitant de s’attarder sur le HVM qui n’existe pas au cours de ces élections en n’ayant zéro grand électeur. Le TIM ne dispose que de 399 grands électeurs éventuels « boycotteurs » sur environ plus de 13 995 grands électeurs. « La légitimité démocratique s’acquiert avec la majorité. Or, la majorité écrasante des électeurs devrait participer aux élections. Moins de 5% devraient ainsi boycotter le scrutin, toutefois 95% devraient participer au scrutin. Cela n’enlèvera en rien à la légitimité du scrutin », réplique la porte-parole du Gouvernement. Elle indique par ailleurs que d’autres partis et formations seront sur la ligne de départ, citant notamment le MMM et une association, pour répondre à ceux qui affirment que ces élections ne reflètent pas la démocratie dans le pays. Pour elle, les agissements de l’opposition s’apparentent à des gesticulations destinées à cacher la peur des urnes. 

La rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff