Publié dans Politique

Ministre Vahinala Raharinirina - La souveraineté nationale avant tout

Publié le dimanche, 08 novembre 2020

Le domaine de la foresterie relève de la souveraineté nationale. Une cérémonie en présence d’une équipe gouvernementale conduite par le Premier ministre Christian Ntsay à Angavokely Manjakandriana vendredi après-midi a été pour les autorités une occasion de le rappeler. Il s’agit de la sortie de promotion de 25 agents forestiers, six femmes et dix neuf hommes, au Centre national de formation de technicien forestier (CNTFT) qui a ouvert ses portes dans cette localité située à l’est d’Antananarivo dès l’époque coloniale.

 

C’est une grande première sous l’ère postcoloniale, suivant la ministre de l’Environnement et du Développement durable Baomiavotse Vahinala Raharinirina. « La dernière des promotions, ayant suivi des formations au sein de cette structure mise en place sous la colonisation, date de 1959 », devait-elle souligner. Ceci veut dire que Madagascar était incapable de former des agents forestiers après le départ des colonisateurs.

Manque d’effectifs

La donne doit changer dorénavant. La sortie de la promotion baptisée appelée « Santatra » dénote une fois de plus la volonté du pouvoir de prendre en main le destin du pays. « Nous ne pouvons plus attendre les autres pour former des techniciens œuvrant dans le domaine de l’environnement », a insisté la locataire d’Antsahavola. En effet, le milieu de l’administration forestière malagasy souffre d’un manque chronique d’effectifs.

« Pour un pays ayant la même préoccupation forestière que le nôtre, un ingénieur forestier travaille en moyenne avec quatorze techniciens forestiers. Cette proportion est ramenée à 0,8 technicien forestier pour un ingénieur forestier chez nous », a rappelé la ministre. Du coup, la Grande île a besoin de former 25 techniciens forestiers par an. Ce nombre pourrait être révisé à la hausse s’il est nécessaire de le faire.

Solution inhérente

La recrudescence des crimes environnementaux sur l’île est due en majeure partie à l’impossibilité pour l’administration forestière de tout contrôler. En moyenne, un agent du ministère s’occupe de 200 000 hectares de forêt. La comparaison de Guy Laurent Rakotondranony, ancien directeur général du CNTFT et non moins ancien DG de l’environnement, est éloquente.

Selon ses révélations, Madagascar et l’île de La Réunion possèdent le même effectif de techniciens forestiers. Pourtant, la Grande île dispose de superficie 262 fois supérieure à celle de son voisin réunionnais. Madagascar a aussi des blocs forestiers à superviser 74 fois supérieurs à ceux de l’île sœur qui a des terrains à reboiser 476 fois inférieurs à ceux des Malagasy. L’expert en foresterie regrette ainsi le manque flagrant de ressources humaines pour ce domaine au pays en mettant en exergue la solution inhérente à l’existence du CNTFT.

Incontournables

La redynamisation des activités de cette structure de formation avec les partenaires gouvernementaux et étrangers accompagne outre mesure le plan de reverdissement de l’île préconisée par le Président Andry Rajoelina. « Nous avons, pour la première fois après le Président Philibert Tsiranana, un Président qui aime la forêt. Il faut en profiter », a observé Paul Raonintsoa, un autre ancien DG du CNFTF et président en exercice de l’Association des ingénieurs des eaux et forêts de Madagascar (AIFM).

L’exécution de l’initiative présidentielle requiert une stratégie spécifique. L’intesectorialité et la promotion des filières respectant l’environnement sont incontournables. L’économie verte et l’économie bleue y tiennent une place de choix. La lutte contre la corruption liée à la gouvernance de l’environnement est aussi une composante essentielle. Ainsi est-elle créée une unité de lutte contre ce fléau au sein du département ministériel sous la férule de la jeune Vahinala Raharinirina depuis janvier.

M.R.

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff