Publié dans Politique

Lutte contre la cybercriminalité - Plainte du maire de la CUA contre une conseillère municipale

Publié le dimanche, 08 novembre 2020

Naina Andriantsitohaina porte plainte contre Clémence Raharinirina. Les coups bas perpétrés par la conseillère municipale envers le maire de la Commune urbaine d’Antananarivo constituent une plainte en bonne et due forme déposée à la lutte contre la cybercriminalité. C’est le maire de la ville qui s’est plaint auprès de ce service des faits et des écrits effectués par la conseillère municipale, non moins tête de liste de l’IRK, aux dernières élections municipales de la Commune urbaine d’Antananarivo. Une guerre interne, ressentie par les observateurs comme une trahison de la conseillère envers le maire de la ville sans qui, elle n’est jamais parvenue là où elle est actuellement.

Diffamation, diffusion ou propagation de fausses nouvelles, diffusion de message à caractère violent, tels sont entre autres les motifs évoqués par Naina Andriantsitohaina dans sa plainte contre Clémence Raharinirina. Cette dernière, très active sur les réseaux sociaux, est tombée ainsi sur la loi sur la cybercriminalité si les motifs évoqués sont retenus. En effet depuis des mois, Clémence Raharinirina n’a cessé de dénigrer le maire de la CUA sur les décisions prises par ce dernier sur les licences numériques pour les taxis-ville, la gestion de l’OMAVET et bien d’autres. Elle aurait poussé un peu le bouchon en incitant les taximen à débrayer et à les monter contre la CUA. Une incitation qui pourrait menacer l’ordre public dans la Capitale d’Antananarivo. Dans ses dérives, Clémence Raharinirina aurait même traité Naina Andriantsitohaina de menteur, meurtrier. Bref, des propos violents et insultants qui, sans l’ombre d’un doute, portent atteinte à la dignité du maire de la Capitale.

Dès les premières mesures prises par l’Exécutif concernant l’assainissement, Clémence Raharinirina s’est levée pour faire obstacle. Des comportements qui ont emmené certains à se demander si elle est pour ou contre le programme élaboré par l’IRK dont elle fait partie et présenté par le maire aux électeurs. En effet dans la logique et dans le respect de l’éthique, elle devrait défendre les programmes du maire au sein du conseil municipal et l’aider dans la réalisation des projets pour la réhabilitation et l’assainissement de la Capitale. Bizarrement, tête de liste de l’équipe de Naina Andriantsitohaina aux élections des conseillers municipaux, elle est devenue leader de l’opposition une fois élue. Si ce n’est pas de la trahison, Dieu que ça lui ressemble. Pire, son nom figurait dans la liste des signataires pour la destitution du président du conseil municipal, Ndriana Ralitera, proposé pourtant à la Présidence par son propre parti. Il est évident pourtant que Clémence Raharinirina n’a jamais été élue conseillère municipale en dehors de la bannière de l’IRK de Naina Andriantsitohaina. Une ingratitude, envers non seulement le maire mais ses électeurs, qui ne dit pas son nom de Clémence Raharinirina.

Cet aspect éthique est une autre affaire, aujourd’hui elle est trainée devant le service de la lutte contre la cybercriminalité pour des dossiers qui n’ont rien à voir avec ce retournement de veste.

La rédaction

 

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff