Publié dans Politique

Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants

Publié le lundi, 01 mars 2021



Un membre du RMDM Diaspora s’est filmé devant la résidence des Rajoelina en Europe et lance un appel à l’assassinat à l’encontre des membres de la famille présidentielle.
Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Marc Randrianisa dit s’être rendu expressément à la frontière suisse pour montrer au public la demeure de la famille Rajoelina avant de lancer un appel au lynchage à l’endroit des membres de la famille du Chef de l’Etat. « La dictature s’installe à Madagascar. Les Malagasy n’ont plus le choix », dit-il, préconisant ainsi soit « une grève générale à travers toute la Grande île soit « un acte isolé de haut niveau et efficace ». Un acte isolé visant donc la famille Rajoelina expliquant la raison de la vidéo tournée devant leur domicile. Dans la suite de sa vidéo, ce politicien déclare que l’Opposition à un chef et que le mot d’ordre est « que chacun prenne sa part de responsabilité et de devoir pour le pays ». Il précise le fond de sa pensée affirmant : « Que ceux qui savent prier, prient. Que ceux qui savent écrire, écrivent, et rédigent les plaintes. Pour ceux qui ont des idées efficaces et de haut niveau, mettez-le en marche ». Force est de constater que l’Opposition va de plus en plus loin dans ses dérives. L’on dépasse désormais toutes les bornes. Après la chef de file du RMDM Diaspora qui porte de graves accusations sur des proches des dirigeants du pays, aujourd’hui c’est ce Marc Randrianisa qui menace d’attenter littéralement à la vie d’une mère et de ses trois enfants par haine contre Rajoelina.
Appel à témoin
Il faut souligner le caractère punissable des propos de cet apprenti justicier. C’est de l’incitation à la haine, à la violence et au meurtre. C’est pour ces raisons que l’Ambassade de Madagascar en France a lancé un appel à toutes personnes résidentes en France ou en Europe ayant des informations concernant Monsieur Marc Randrianisa, dont le dernier domicile connu se trouve à Bagneux Ile de France. « Il est recherché par les autorités Malagasy et Françaises pour avoir proféré des menaces et lancé un appel au lynchage public à l’endroit du Président de la République de Madagascar et de sa famille », peut-on lire dans l’appel à témoin lancé. « L’action de Monsieur Marco Randrianisa est condamnable selon le code pénal Malagasy et Français et est passible d’une peine judiciaire stricte et sévère pouvant mener jusqu’à l’emprisonnement », indique la suite de l’appel lancé par l’Ambassade malagasy en France. Toutes informations concernant cette personne est essentielle afin d’accélérer la procédure de mise en accusation, conclut la missive. C’est loin d’être la première fois que Marc Randrianisa se fait remarquer pour ses propos. Il a déjà, à de nombreuses reprises, eu mailles à partir avec la justice malagasy et française (Cf la Une de La Vérité du 31 mai 2011 en photo d’illustration et extrait de l’article ci-après)
La Rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff