Publié dans Politique

Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition

Publié le jeudi, 04 mars 2021

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. L’Opposition a fait fi de ce proverbe, lorsqu’il a décidé de mépriser l’offre du préfet de police concernant le terrain de Soamandrakizay. En effet, faisant suite à la volonté des députés du TIM d’effectuer des rapports d’activités, le général Angelo Ravelonarivo leur a réquisitionné et offert un terrain vague du côté de Soamandrakizay. Entêtés comme ils sont, les parlementaires du TIM ont cru bon d’insister pour l’occupation du parc botanique d’Ambohijatovo voire la Place du 13 mai. Ils ont ainsi snobé le terrain offert gracieusement par la Préfecture de police d’Antananarivo. Aujourd’hui, deux semaines plus tard, ces parlementaires indécis ont finalement décidé d’accepter l’offre du préfet. Ils ont récemment fait part de leur intention d’occuper le terrain de Soamandrakizay. Mais il est malheureusement trop tard pour eux. Les députés de l’Opposition devront se trouver un autre endroit pour effectuer leurs rapports d’activités. Le terrain de Soamandrakizay, réquisitionné par la Préfecture, le 20 février dernier pour permettre aux députés de l’Opposition d’effectuer leurs rapports d’activités, ne leur est plus disponible.
La Préfecture de police d’Antananarivo ne compte plus réquisitionner le terrain en question, ni un autre terrain. Le préfet invite les députés de l’Opposition à trouver un nouvel endroit pour effectuer leurs rapports d’activités parlementaires. L’Etat ne compte plus proposer aucun endroit aux députés pour que ces derniers puissent effectuer leurs rapports d’activités parlementaires. L’autorisation de manifestation sera donnée aux opposants en fonction de l’endroit qu’ils proposeront. « Si chaque semaine, chaque deux semaines, l’Etat va réquisitionner une propriété privée, cela pourrait être considéré comme un abus. [le 20 février, ndlr], la réquisition a remplacé l’autorisation d’occuper. Nous avions pris la décision de leur soumettre Soamandrakizay par respect. La Préfecture s’est démenée pour leur trouver cet endroit. De notre point de vue, il ne peut pas y avoir plusieurs fois plusieurs rapports d’activités. La Préfecture ne peut pas réquisitionner un endroit à chaque fois pour le bon vouloir des députés. Nous avons réquisitionné l’endroit une fois, mais les députés n’ont pas cru bon d’y tenir leur manifestation. J’estime de mon côté avoir fait mon travail », dit-il. Des informations indiquent par ailleurs qu’un chantier est en cours sur le terrain réquisitionné il y a deux semaines par la Préfecture, ce qui rend encore plus impossible la tenue d’une manifestation sur ledit terrain. Le préfet indique par ailleurs ne pas pouvoir réquisitionner le terrain appartenant à l’église catholique situé également à Soamandrakizay. Et ce, étant donné le principe de la séparation des pouvoirs. D’ailleurs, l’église catholique a indiqué qu’elle n’était pas disposée à octroyer le terrain à une manifestation autre que celles organisées par l’église. Les députés du TIM ne peuvent que s’en vouloir à eux-mêmes désormais.
La rédaction

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff