Publié dans Politique

Diffamation de Lalatiana Andriatongarivo - La Justice saisie

Publié le jeudi, 09 septembre 2021

Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo a décidé de déposer une plainte en diffamation contre le journal La Gazette de la Grande Ile et les journalistes à l’origine d’une série de 12 articles publiés dans ce quotidien en deux jours, concernant sa vie privée et sur un présumé détournement de fonds perpétré par la ministre au niveau du Centre de commandement opérationnel Covid-19.

La plainte a ainsi été déposée au tribunal de première instance à Anosy à l’encontre du journal La Gazette de la Grande Ile, selon Maître Tsiferana Ravoniarison, au cours d’une conférence de presse, hier à Anosy. Une plainte en diffamation qui vise les responsables, les auteurs des articles et les complices ayant œuvré pour la rédaction de ces articles, précise l’avocat.

« Les faits relatés ne sont pas fondés », indique Me Ravoniarison. Parlant notamment des faits « volontairement grossis » sur la vie privée de sa cliente parue dans ladite presse, l’avocat affirme par exemple qu’aucune plainte n’a été déposée par les personnes évoquées dans les articles. La défense de la porte-parole du Gouvernement dénonce ainsi une atteinte à la vie privée et d’atteinte à l’honneur de la ministre de la Communication et de la Culture, ou encore de diffamation à l’encontre de sa cliente et de son époux.

Démentant les accusations de détournements de deniers publics évoqués par le journal, l’avocat rappelle que la ministre n’assumait pas une fonction de personne responsable de marchés publics ni encore moins celle d’ordonnateur secondaire, dans le cadre de la gestion de la pandémie. Et que, les missions confiées à la ministre se bornaient, indique-t-il, à la transmission des prises de parole du Président de la République et de la publication des statistiques sur la Covid-19 au niveau des stations publiques, ce qui ne permettrait pas d’éventuels détournements. Ni la ministre ni le ministère n’ont par ailleurs été convoqués par la Cour des Comptes, précisent les avocats.

Dans la journée, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, parlant pour la première fois de ces articles, indique vouloir se focaliser sur les missions qui lui sont confiées et ne pas vouloir polémiquer sur cette affaire. La ministre a cependant tenu à souligner que des lois régissent le monde du journalisme et que toute personne qui estime avoir été victime d’une atteinte par voie de presse peut faire valoir ses droits. Parlant en tant que ministre de tutelle du monde du journaliste, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo condamne néanmoins les publications sur sa vie privée qui dépassent les limites du journalisme.

La Rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff