Publié dans Politique

Revendications politiques - Le SECES tombe le masque

Publié le mardi, 12 septembre 2023
Revendications politiques - Le SECES tombe le masque Photo d’illustration

Depuis le début de ses mouvements récents, le syndicat des enseignants- chercheurs et chercheurs- enseignants a toujours revendiqué sa neutralité afin de rassurer sur ses intentions. Mais ces dernières heures, le SECES tombe le masque et montre son vrai visage. Dans une déclaration, rendue publique cette semaine, à l’issue d’une énième assemblée générale, ce syndicat met en effet de côté ses revendications d’ordre professionnel pour embrasser pleinement des revendications politiques.
Après avoir, à un certain temps, réclamé la démission du Chef du Gouvernement, du ministre de l’Enseignement supérieur, et celui des Finances, sans succès, ce syndicat appelle aujourd’hui à la démission de « certains membres de la Haute Cour constitutionnelle ». Et ce, pour des raisons qui sont hors du champ de compétence des syndicats.
En effet, pour expliquer les raisons de la demande de démission, le SECES met les pieds dans le débat autour de la nationalité en évoquant la décision rendue par la HCC. Une décision condamnée par le SECES car selon lui, cela « a permis à des personnes qui ont choisi de perdre leur citoyenneté malgache et ayant demandé et obtenu la nationalité étrangère d’être candidats à l’élection présidentielle malgache ». Plus royaliste que le roi, le syndicat va jusqu’à accuser des membres de la HCC, pour la plupart des magistrats émérites, d’avoir bafoué et d’avoir enfreint la Constitution et le code de la nationalité. Le SECES appelle, par ailleurs, les juges constitutionnels qui se seraient opposés à « ce déni de justice sans nul pareil » à déposer leur démission. Si cela n’est pas des revendications purement et simplement politiques, Dieu que cela y ressemble.
Une déclaration politique qui ne fait pas l’unanimité même au sein du syndicat. Sous couvert d’anonymat, des membres du syndicat se désolidarisent en effet de cette déclaration. Dénonçant une certaine forme de trahison, ceux-ci martèlent la nécessité de circonscrire le débat autour des revendications professionnelles. Et de souligner que chaque membre a une entière liberté de participer, en dehors du groupement corporatif à telles formes de lutte correspondant à sa conception politique, mais il ne doit pas introduire dans le syndicat les opinions qu’il professe au dehors, opine un membre.
La rédaction

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff