Publié dans Politique

Actu-brèves

Publié le lundi, 10 juin 2024

Le « cross » de cohésion inaugure les programmes sportifs de la célébration du 26 juin. Hier matin, une mini course appelée « cross de cohésion » a été organisée, partant de la Bibliothèque nationale Anosy pour rejoindre le stade Barea. Cette initiative a rassemblé de nombreux membres du Gouvernement ainsi que des citoyens ordinaires. Après le cross, une séance de zumba et de fitness a été proposée aux participants. Ces activités sportives marquent le début des événements prévus pour la célébration de la fête nationale. « La mise en œuvre conjointe de l'événement aujourd'hui 10 juin montre l'unité et la solidarité dans le développement du pays », a déclaré le ministre des Forces armées, le Général Sahivelo Lala Monja Delphin. Le sport a été mis en avant comme moyen de manifester la solidarité nationale durant cette période de célébration du 64e anniversaire du retour de l’indépendance. Il occupe une place centrale dans le programme des festivités. En plus du « cross de cohésion », un tournoi sportif inter-arrondissement a été lancé au stade de Betongolo en ce début de semaine. Mais également, un autre tournoi sportif inter-FDS (Force de défense et de sécurité) est prévu pour le 21 juin au même endroit, ajoutant ainsi une dimension compétitive et communautaire à ces célébrations sportives.



Mahajanga, destruction de 518 sacs de riz avarié. Le test en "laboratoire" a montré qu'ils ne peuvent plus être consommés. Sous la supervision de représentants du ministère de l’Industrialisation et du Commerce (MIC), les sacs de riz ont été  incinérés dans la cour même de l'entreprise d'importation de riz le vendredi 7 juin. Le propriétaire de la marchandise et le chef Fokontany ont aussi assisté à la destruction du riz avarié, après quoi, un procès-verbal a été dressé. Il est à rappeler que 50 conteneurs contenant du riz impropre à la consommation a été également découvert dans la même ville. Cette affaire a impliqué  des personnes et des fonctionnaires de haut rang. Après enquête, le Pôle anti-corruption (PAC) a décidé de mettre en prison le « préfet » de Mahajanga et le directeur régional du MIC Boeny le 5 janvier 2024. Ils sont soupçonnés d'avoir fait sortir clandestinement le riz endommagé à Mahajanga. Sept autres personnes ont été placées en détention préventive à Mahajanga, dont deux ont par la suite été conduites vers la Capitale pour la suite de l’enquête.



L’Allemagne restera, et de loin, le premier partenaire la Grande île dans le secteur vert. Lors de sa visite d’adieu au Premier ministre, Christian Ntsay, l’ambassadeur de l’Allemagne à Madagascar, Michael Häusler qui va bientôt quitter la Madagascar, a réaffirmé la continuité des partenariats entre les deux pays. Les priorités de l’Allemagne à Madagascar restent la protection de la diversité, l’agriculture, l’énergie renouvelable notamment dans le monde rural et la bonne gouvernance. Des délégations d’entreprises allemandes sont attendues prochainement pour explorer des opportunités d’investissement dans les secteurs des énergies renouvelables, des mines et des technologies.  En tant que partenaire clé dans le développement global de Madagascar, l’Allemagne a réaffirmé son respect de la souveraineté du pays, notamment en ce qui concerne le processus électoral. “Le peuple malgache est maître du choix de ses représentants à l’Assemblée nationale”, a déclaré Michael Häusler, confirmant ainsi l’engagement de l’Allemagne à soutenir une démocratie souveraine et respectueuse des choix nationaux. Actuellement, le portefeuille de projet et d'aide de l’Allemagne à Madagascar s’élève à 490 millions d’euros, dont 220 millions pour le secteur vert.



Coopération JICA et la Douane malagasy : sécurité et surveillance côtière accrues.  Lors d'une réunion à Tokyo avec des responsables de la JICA, le directeur général des douanes de Madagascar, Zafivanona Ernest Lainkana, a exposé un projet crucial visant à améliorer la surveillance côtière pour renforcer la sécurité maritime le long des côtes malgaches. Le projet a pour objectif principal de lutter contre la pêche illégale et non réglementée ainsi que le trafic de ressources naturelles en renforçant les capacités de contrôle et de surveillance le long des côtes de Madagascar. Cette initiative vise à assurer une meilleure sécurité maritime dans la région. Zafivanona Ernest Lainkana a saisi cette opportunité pour exprimer la gratitude de la Douane malagasy envers la JICA pour son appui technique et financier. Ce soutien s'inscrit dans le cadre du Programme des maîtres formateurs (PMF), un projet conjoint avec l'Organisation mondiale des douanes (OMD). Deux agents de l'Administration douanière de Madagascar ont récemment été certifiés en tant que maîtres formateurs dans le domaine des règles d'origine en Afrique. Ils ont suivi ce programme depuis 2021 et cette certification marque une étape importante dans le renforcement des capacités de contrôle et de gestion des ressources. La réunion à laquelle ont pris part le responsable pays en charge de l’Afrique, Tamaru Takuya, le directeur adjoint spécial, Takada Hiroyuki, et l’équipe de gouvernance publique et de gestion financière, avec M. Enomoto Takeaki, s'est déroulée au siège de la JICA.

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff