Publié dans Politique

Tsaratanàna - Le crash d’un hélicoptère de l’Armée fait 5 blessés

Publié le lundi, 28 janvier 2019

Plus de peur que de mal ! Un hélicoptère de l’aviation militaire malagasy s’est écrasé vers le milieu de la matinée, hier dans la localité de Bepilopilo, précisément dans le village de Anadabo, Commune Isinko, située au Sud de la ville de Tsaratanàna. Cependant, les 5 personnes qu’il a transportées, entre autres Herimalala Razafipiera, le chef de Région de Bestiboka, le commandant de groupement de gendarmerie de Betsiboka, son homologue, le commandant de compagnie de Tsaratanàna, le pilote et son navigateur, tous deux détachés à la Base aéronavale (BANI) d'Ivato ont eu la vie sauve malgré leurs blessures. En revanche, l’appareil est totalement endommagé. Le crash s’est produit à très faible altitude, sinon cela aurait pu être catastrophique. « L’appareil était sur le pointd’atterrir lorsqu’il a fait un subit décrochage », a-t-on expliqué.

Aussitôt alertées de cet accident, les autorités ont dépêché sur place une équipe héliportée de secours. Un autre hélicoptère s’était donc envolé de la Capitale avec à son bord des éléments des forces de  l'ordre conduits par un général de la Gendarmerie et une équipe médicale. Leur mission principale est d'évacuer les occupants.  « L’endroit où l’hélico s’est crashé est totalement hors de réseau. C’était lepilote, assez gravement touché,  qui avait été repéré en premier ! » a expliqué le SEG, le général de division Richard Ravalomanana lors de son intervention sur les ondes nationales à propos de l’accident, hier. 

 

 Kidnapping

 Les victimes qui ont pris l’hélicoptère ayant fait ce crash hier matin, avaient été envoyées en mission  pour rechercher les traces des kidnappeurs de la région et ayant enlevé à Manakana un personnel de la santé, depuis près d’une semaine. Les bandits ont exigé 80 millions d’ariary de rançon contre sa liberté.

Pour le moment, il n’y a toujours aucun contact entre les proches de l’otage et les ravisseurs. Mais cela n’a pas empêché les autorités, en particulier le chef du Gouvernement, de prendre leurs responsabilités. Malgré donc l’accident d’hier, l’Armée et la Gendarmerie nationale affichent la volonté de poursuivre l’opération de traque des bandits. « Les forces de sécurité travaillent 24h/24 pour montrer qu’elles sont prêtes à retrouver à tout prix où se planquent ces kidnappeurs qui font souffrir la population », a-t-on appris dans un communiqué de la Gendarmerie. Mieux, d’autres gendarmes de la Capitale sont spécialement venus à Tsaratanàna pour participer à l’opération de délivrance de l’otage.

Le fonctionnaire travaille  au Centre de santé de base de Manakana dans le District de Tsaratanàna. Il a été enlevé dans la nuit du vendredi 18 janvier. Pour protester contre son rapt, des paramédicaux de certains  hôpitaux du pays ont fait la grève  la semaine dernière. 

Franck Roland

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff