Publié dans Politique

Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses

Publié le mercredi, 21 août 2019

Le procureur du tribunal de 1ère instance de Toamasina, Thierry Lauret Rajaonah, s’est exprimé sur l’affaire touchant la supposée découverte macabre par une jeune femme chez un particulier à Morarano, Ambolomadinika, Toamasina, le 10 août dernier. Il a convoqué la presse, mardi dernier, pour infirmer les dires de la domestique de 20 ans qui affirmait avoir vu des crânes d’êtres humains dans la douche d’une vieille dame, à Ambolomadinika, qui venait de l’embaucher. Une déclaration mensongère qui a failli à la patronne en question d’être victime d’un lynchage populaire sans l’intervention des Forces de l’ordre. Ces dernières, après avoir été avisées par la domestique de l’existence de ces restes humains, ont tout de suite procédé à la perquisition de la maison indiquée. Entre temps, la foule commençait à s’amasser devant la maison et voulait s’en prendre aux occupants, surtout à la patronne qui serait asociale. En dépit de la recherche infructueuse de la police à l’issue de la perquisition, la foule, gavée par la rumeur, ne croyait pas à la version des autorités et campait toujours devant la maison, s’entêtant de rendre justice elle-même. Il a fallu à la police utiliser du gaz lacrymogène pour la disperser.


Après de minutieuses enquêtes effectuées par la police et la transmission des dossiers au parquet, le procureur du tribunal de Toamasina est sorti de son silence. Pour lui, il n’y a pas l’ombre d’un doute, les propos de la fille revêtent un caractère de déstabilisation pure et simple. Ce qui fait que la concernée s’expose, elle aussi, à un risque de poursuites.
Mais c’était aussi une occasion pour le procureur de retracer brièvement les faits. La jeune personne en cause était venue frapper à la porte de la locataire des 4 chemins à Morarano, après qu’elle y a trouvé l’affichette d’offre d’emploi. Rapidement, les pourparlers entre les deux parties ont été conclus par l’embauche sur le champ de la jeune postulante, c’est-à-dire le 10 août dernier. Il a été convenu qu’elle recevra un salaire mensuel de 200 000 ariary. Cependant, son employeur aurait demandé à sa future domestique de prendre une douche avant qu’elle ne prenne sa fonction. C’était dans ces circonstances qu’elle aurait  vu les crânes  en question et ce qui l’a poussée à prendre rapidement la fuite.
 Franck R./T.H

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff