Publié dans Politique

Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret

Publié le jeudi, 22 août 2019

Piqûre de rappel pour les ministres. Lors du Conseil des ministres qui s'est tenu avant - hier à Iavoloha, le Président de la République, Andry Rajoelina  a adressé un message sous forme de lettre à l'endroit des ministres. « La concrétisation de toutes les visions et stratégies établies doivent être réalisées de manière accélérée pour des résultats effectifs sur la population », tel résume le message du Chef de l'Etat aux membres de son équipe au sein de l'Exécutif. Il rappelle ainsi l'objectif de changer Madagascar dans un délai de 5 ans en vue de rattraper le retard de développement du pays. Pour ce faire, le Président de la République souligne d'emblée l'importance de rompre complètement avec les mauvaises habitudes du passé et, par la même occasion, d'en finir avec la corruption. Au fur et à mesure que le temps avance, les projets concrets se font attendre par le peuple malagasy. Le numéro un de l'Exécutif n'a pas manqué de rappeler les 13 « Velirano » qui ont été faits devant le peuple pendant la campagne présidentielle et qui ont déjà été intégrés dans la Politique Générale de l'Etat. Malgré le principe de la continuité, le Chef de l'Etat encourage les ministres à toujours faire de leur mieux.
« Nous devons impérativement changer notre méthode de travail ainsi que notre mentalité. Cela concerne tous les agents de l'administration à tous les échelons », a réitéré le locataire d'Iavoloha.


 Obligation de résultats
Dès la nomination des membres du Gouvernement, le Président Andry Rajoelina avait martelé l'obligation de résultats qui pesait sur chaque titulaire de porte - feuille ministériel. Cela devait d'ailleurs être la condition sine qua non pour la reconduction de chaque ministre après l'évaluation à mi - parcours effectuée  au mois de juillet dernier. Ainsi, le Chef de l'Etat revient à la charge en insistant sur la nécessité de réalisations concrètes. Au passage, il rappelle la visite du président de la Banque mondiale à Madagascar et durant laquelle il avait annoncé l'octroi d'une aide financière de 100 millions de dollars pour renflouer les caisses de l'Etat. En outre, le Président met l'accent sur le renforcement des projets sociaux dans le but d'alléger les effets du coût de la vie sur la population malagasy. Il évoque ainsi la perspective de mise en place d'une politique de protection sociale. En effet, la lenteur dans l'exécution des grands chantiers risque de servir comme arme de critiques par les détracteurs du régime. « Nous allons aller loin mais nous devons aussi aller vite », soutient le Président de la République pour conclure son message.
Sandra R.

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff