Publié dans Politique

Christian Ntsay sur les Iles Eparses - Vers la tenue d'une consultation nationale

Publié le dimanche, 27 octobre 2019

Les récents propos d'Emmanuel Macron sur l'île Glorieuse continue de faire des vagues. Le sujet relatif aux Iles Eparses continue d'alimenter la polémique sur les réseaux sociaux. Interrogé sur les ondes de la Radio France Internationale (RFI), vendredi dernier, le Premier ministre Christian Ntsay s'est exprimé sur le sujet. Une intervention qui s'est effectuée au lendemain de sa rencontre avec le Chef de l'Etat français, sur l'île de la Réunion.

 

Le locataire de Mahazoarivo parle de différence d'agenda. « Chaque pays a son agenda. (…). L'agenda que nous connaissons, c'est l'agenda qui a été déterminé à la suite de la rencontre au mois de mai entre les deux présidents. Nous avons convenu d'une première réunion de cette commission mixte dans quelques semaines. Et je ne vois pas pourquoi on devrait s'écarter de cette feuille de route qui a été décidée par les Présidents de la République », a - t - il précisé. Rappelons que dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux, le Président Andry Rajoelina avait annoncé que la mise en place de la commission mixte sur les Iles Eparses est prévue le 18 novembre.

Négociations

D'après les informations publiées sur le site de la RFI, une réunion des représentants des deux pays est prévue à Madagascar à la date précitée. L'objectif est d'engager les négociations concernant le droit de propriété et la gestion des Iles Eparses. « La décision finale sur la composition de la délégation malagasy revient au Président de la République », indique encore le Premier ministre sur les ondes de la RFI. Sur cette lancée, Christian Ntsay a révélé la prochaine mise en place d'une consultation nationale en vue de « recueillir l'ensemble des avis des forces vives de la nation sur un sujet fondamental pour le pays ». Le parti « Otrikafo » a été parmi ceux qui se sont levés en premier pour relancer les débats sur les Iles Eparses le jour même de la visite du Président, Emmanuel Macron sur la Grande Glorieuse. Ce groupement politique composé de partisans nationalistes a demandé des explications sur les tenants et aboutissants dans le processus de la commission mixte sur les Iles Eparses. Du côté des citoyens, les avis continuent de diverger. Les uns appellent à la solidarité nationale tandis que les autres considèrent que le combat est perdu d'avance.

La Rédaction

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff