Publié dans Politique

Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !

Publié le mercredi, 11 décembre 2019

« L'Assemblée générale des Nations Unies invite le Gouvernement français à entamer sans plus tarder des négociations avec le Gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles précitées qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar ». Cette résolution des Nations Unies portant le numéro 3491 a été émis le 12 décembre 1979 et 40 ans plus tard, elle reste toujours d’actualité car n’a jamais été appliquée. A preuve, la France campe encore là où elle ne devrait plus être et la réintégration des îles éparses à la Grande île n’est pas toujours effective. A la veille de l’anniversaire de cette résolution des ONU, l’initiateur de la saisine, Didier Ratsiraka, et celui qui a repris le flambeau de la lutte, Andry Rajoelina, se sont affichés main dans la main pour affirmer leur union dans cette noble cause.

Loin de se décourager, Madagascar cherche par tous les moyens conventionnels à reprendre ses biens. Hier, s’est achevée la concertation nationale de trois jours sur la restitution des îles éparses, appelées depuis peu îles malagasy de l’océan Indien. La cérémonie de clôture a été matérialisée par la remise au Président Andry Rajoelina de la synthèse des travaux de commission durant ces trois journées. C’est au Premier ministre Ntsay Chrisitian, chef de la délégation malagasy à la commission mixte France-Madagascar qu’est revenu l’honneur de remettre le document renfermant les propositions, recommandations et idées des milliers de participants à la concertation nationale. Le tout sous les yeux de l’ex-Président Didier Ratsiraka.
 
Dans son allocution, Andry Rajoelina n’a pas omis de lui remercier pour son patriotisme en exigeant à l’époque la restitution des quatre îles séparées illégalement à Madagascar à la veille de l’indépendance. Le Président Rajoelina a d’ailleurs confié à l’assistance, hier, qu’il avait contacté l’ancien Président et lui a demandé conseils sur les démarches à suivre. « Didier Ratsiraka m’a confié que son échec réside du fait qu’il n’a pas obtenu le soutien national dans sa croisade », a révélé le Président de la République avant de déclarer haut et fort que ce n’est plus le cas maintenant comme le prouve cet engouement durant cette concertation et  il est temps maintenant pour nous d’affirmer la solidarité nationale. Une solidarité et soutien que l’ancien Président Ratsiraka n’a pas eus à l’époque comme il l’a confirmé hier. «  Pas un parti politique ou même un syndicat ne m’avait offert son soutien dans le temps. La solidarité nationale n’était qu’un vain mot, ce sont quelques pays étrangers à l’instar de l’Irak, de l’Algérie, de l’Arabie Saoudite qui soutenaient la cause malagasy et ma démarche. Au niveau national, c’était le mutisme », se remémore Didier Ratsiraka. Lui qui, à l’instar de Andry Rajoelina, a martelé les deux vertus à avoir pour ce long et difficile combat, l’union sacrée des malagasy et la patience. « Si vraiment, nous nous unissons comme nous l’avons fait pour les Barea on peut remporter la bataille », analyse l’ex- Président qui se dit n’être pas étonné de la déclaration d’Emmanuel Macron. «  Les îles éparses appartiennent pour le moment à la France », ironise-t-il.

Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka indiquent la voie à suivre, celle où les animosités personnelles, les divergences et les rancunes politiques ainsi que la quête de l’intérêt personnel n’ont pas leur place.
La Rédaction









Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff