Société

« Le Bleu de la République ». Le look de Mialy Rajoelina est toujours aussi attendu et commenté par le public, notamment les adeptes de la mode, à chacune de ses apparitions. Pour la cérémonie d’investiture au stade de Mahamasina, suivie d’une réception au Palais d’Etat d’Iavoloha, la Première Dame de Madagascar s’est vêtue d’une robe cape bleue turquoise, ornée d’un insigne en fleur dorée, avec un petit couvre-chef de couleur rose clair. Une pochette beige et un escarpin à nœud de la même nuance accessoirisent sa tenue classique et monochromatique.
Scène de panique générale vers 19h mercredi dans le quartier de l’Ouest Mananjara (Paraky), près de Soanierana. Un gang composé de 5 individus équipés d’armes à feu y a semé la terreur en les faisant crépiter.Du coup, les gens couraient dans tous les sens afin d’échapper au terrible danger qui les a guettés à tout moment. A leurs yeux, le risque de récolter des balles perdues n’était donc pas à minimiser. Il s’agit d’une stratégie des assaillants afin qu’ils puissent s’assurer d’une plus grande liberté de manœuvre ou d’action.
Un opérateur économique mauricien venu investir à Madagascar depuis 1992 a commencé à occuper un terrain de 8ares 32 appartenant à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) du côté d’Analamahitsy en 1995. A partir de 1999, un litigeest survenu entre sa société dénommée « Mada Trade International Ltd » spécialiste en pièces détachées/occasions et la CUA. Ce problème n’a pas été résolu qu’en 2001, faisant suite à de longues procédures judiciaires. De 2002 à 2017, cette société a ainsi payé ses impôts fonciers régulièrement à la demande de la Commune. Quant à l’année 2018, elle est en attente de recevoir le…
Dans la société malagasy, il est devenu une habitude pour tout le monde de prendre des médicaments jugés basiques en cas de petite maladie comme la migraine, la toux ou encore la fièvre. Dafalgan, Paracétamol ou encore Cotrimoxamole et Fervex… il existe plusieurs médicaments qui ne nécessitent pas de l'ordonnance venant du médecin. On a qu'à en acheter à la pharmacie ou dans l'épicerie du village. Et apparemment, cette pratique semble marcher à tous les coups. Seulement, l'automédication est néfaste voire très dangereuse pour la santé.
Le sort des incriminés dans l’assassinat barbare du chauffeur-propriétaire d’une Hyundai Starex de location est provisoirement scellé. 4 prévenus considérés comme auteurs ou complices de l’homicide ont été jetés à la prison de Tsiafahy, et ce, à titre provisoire, dans l’attente d’un procès. Par ailleurs, 3 autres dont une femme ont obtenu la liberté provisoire.Prévues au cours de la journée du mardi dernier, les auditions par le juge d’instruction des 7 personnes impliquées, n’ont eu finalement lieu et ne se sont donc terminées qu’hier après-midi au Tribunal d’Anosy. Les vacances judiciaires expliquent en partie cet ajournement de l’instruction du dossier.…
Les Malagasy sont-ils tellement pauvres qu’ils se permettent de tout voler ? Ou bien, c’est tout simplement une question d’éducation et que nous ne sommes pas habitués à avoir et voir de belles choses dans notre quotidien. En effet, les vols de biens publics continuent de se faire dans la Capitale et ce sont toujours les panneaux solaires et les batteries des poteaux solaires qui sont dépouillés. Pourtant, la Rocade d’Andohatapenaka était si beau dès que la nuit tombait, la route s’est illuminée et les accidents se faisaient rares. Et voilà que des bandes d’affamés d’argent et de non patriotes…
L’agent de 46 ans d’un ministère a fait une chute de plusieurs mètres, précisément depuis le 5e étage de l’immeuble où il a travaillé à Ambohidahy. Ce drame est survenu à l’approche de l’heure de sortie de bureau lundi soir dernier. La victime était tuée sur le coup après avoir heurté violemment le sol et probablement à la suite d’un polytraumatisme sévère.

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff