Publié dans Société

Prise en charge des patients du coronavirus - Un nouveau centre ouvre ses portes aux cas graves

Publié le lundi, 22 juin 2020

Le troisième centre médical de la Fondation Akbaraly à Madagascar. Après ceux de Fianarantsoa et de Mahajanga, le centre Kintana d'Antananarivo vient d'ouvrir ses portes hier à Ambatomena. L'établissement, mis en place alors que le Covid-19 est apparu dans la Grande île, accueillera les malades atteints du virus. Il dispose d'infrastructures supplémentaires pour ce faire, dont 10 respirateurs sur 10 postes. « Le centre reçoit uniquement les cas graves puisque ce sont des appareils pour réanimer et intuber.

Le ministère de la Santé réfère les malades qui vont être hospitalisés chez nous », informe Dr Francesco Cimino, directeur général de la Fondation Akbaraly. « Avec l'ouverture de ce nouvel établissement, 2 cliniques privées accueillent actuellement les patients atteints des formes graves du coronavirus. Ces cliniques se chargent elles-mêmes des matériels médicaux et des équipements de protection de leurs personnels, tandis que le ministère s'occupe de l'organisation et du transfert des patients »,  avance le Professeur Gaëtan Duval Solofomalala, secrétaire général du ministère de tutelle.

La santé mère-enfant, une priorité post-pandémie

Deux médecins urgentistes, quatre infirmières et deux agents de surface assurent chaque tour avec le coordinateur du centre médical Kintana. Un technicien sera toujours présent pour assurer la maintenance et la vérification de tous les appareils médicaux. « Pour le moment, on se concentre sur les cas de Covid-19 mais après, l'établissement va rester en tant que centre de réanimation et d'urgence. Aussi, toutes les activités de la Fondation Akbaraly reprendront après la pandémie », avise le directeur général de ladite Fondation. Une fois la pandémie du Covid-19 éradiquée, le centre privilégiera les activités relatives à la santé de la mère et de l'enfant. Le centre va accueillir un service de consultation générale mais également divers services médicaux, à savoir la cancérologie, la pédiatrie, l'allergologie, l'échographie ainsi que des consultations relatives à la lutte contre la malnutrition. D'ailleurs, sa principale mission étant la prévention des cancers gynécologiques et mammaires, à travers notamment les dépistages…

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff