Publié dans Société

Exactions de bandits à Amboasary-Sud - Un couple sauvagement agressé

Publié le lundi, 06 juillet 2020

L’insécurité semble regagner de plus en plus de terrain à Amboasary-Sud. En témoignent les évènements sanglants survenus vers 21h samedi dernier chez une petite famille. Un gang armé s’en est pris violemment aux locataires, en prenant soin de prendre particulièrement pour cible le couple de propriétaire. Actuellement, les époux devraient séjourner encore à l’hôpital à la suite de graves blessures que les assaillants leur ont infligées.

 

Parallèlement à ces agressions physiques, les auteurs du forfait ont également fait main basse sur une somme numéraire, dont le montant n’a pas été fourni, aux bijoux ainsi qu’à d’autres objets de valeur des victimes. Poussant leur degré de cruauté et de cynisme, les bandits n’ont pas hésité non plus à endommager la voiture appartenant à cette famille. En agissant ainsi, leur but était d’empêcher une quelconque tentative chez les victimes de les pourchasser au cours de leur fuite.

Actuellement, les Forces de l’ordre déclenchent les recherches afin de retrouver les traces éventuelles des agresseurs. Ce n’est pas la première fois qu’ Amboasary-Sud a été le théâtre d’une effusion de sang de ce genre. Vers mi-juin dernier, un enseignant d’une école publique (EPP) locale a même payé de sa vie en cours de chemin qui devait le conduire à Marotsiraka. Le plus déplorable, c’est que les assaillants se sont trompés de cible. En effet, ils ont crû qu’il s’agissait d’un opérateur économique local. A Amboasary-Sud, les riches de la ville ne peuvent plus dormir sur leurs lauriers. D’après une information de la région, les bandits auraient dressé une liste des prochaines cibles. Et c’est ce qui devait arriver à cette famille citée plus haut, samedi dernier.

Franck R.

 

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff