Publié dans Société

Subventions remboursables de la CNaPS - Des syndicats de travailleurs pour une facilité de remboursement

Publié le mercredi, 12 août 2020

D'autres syndicats sortent de leur silence. La Confédération syndicale des travailleurs malagasy (CSTM), le SEKRIMA ainsi que le CTM contestent l'opposition de l'USAM sur le remboursement des subventions venant de la CNaPS, sur proposition du Président de la République. « Les travailleurs ont besoin de ce prêt sans intérêt pour faire face à la crise actuelle, d'autant plus que leur situation risque de perdurer dans les 6 ou 7 prochains mois, le temps d'un redressement. Nous sollicitons toutefois la  facilité de remboursement des subventions, par exemple 5% par mois au lieu de 10% tirés du salaire de l'emprunteur.

Cela engendre l'extension du délai de remboursement », rapporte Jean de Dieu Rakotondrazafy, responsable du CSTM. « Le déblocage devrait se faire dans un plus bref délai pour sauver les travailleurs en détresse. Certains d'entre eux ont été expulsés faute de paiement de loyer. D'autres doivent régler leurs prêts bancaires malgré les impacts de la crise », ajoute Rémi Henri Botodia, secrétaire général du SEKRIMA. Ces syndicats contestent leurs pairs quant à la gratuité des subventions de la Caisse. « Le paiement des pensions de retraite et les allocations prénatales offertes par la CNaPS risque d'être rompu en cas de non remboursement des subventions. Il faut penser au futur et avoir une vision à long terme », s'exprime le responsable du CSTM.

Hausse sollicitée du montant

Outre la facilité de remboursement, les syndicalistes souhaitent la révision à la hausse du montant à emprunter auprès de la CNaPS. « Le Président de la République a annoncé dimanche dernier qu'un employé cotisant peut emprunter un mois de salaire, soit entre 200 000 et 500 000 ariary. Mais avec les multiples soucis engendrés par la crise, les travailleurs ont besoin de plus pour survivre. Nous sollicitons des subventions à partir de 500 000 ariary, à rembourser pendant plus de 12 mois », avance un membre du CTM. Les autres membres de syndicats, présents lors d'une rencontre avec la presse hier à Ampefiloha,  sont aussi d'accord pour cette révision  à la hausse. Ils arguent sur le fait que les employés du secteur privé n'ont bénéficié d'aucun soutien de l'Etat depuis la crise liée à la Covid-19 alors qu'ils en sont aussi victimes.

Par ailleurs, les syndicalistes dénoncent des irrégularités dans le processus mené par l'USAM pour la pétition.

« Cette union des syndicalistes aurait envoyé une feuille blanche auprès des sociétés pour collecter le maximum de signatures. Comme argument, les leaders syndicaux ont promis aux employés de tirer de l'argent à la CNaPS. Depuis, bon nombre de travailleurs nous appellent pour réclamer cet argent », se désole notre source au sein du SEKRIMA. D'un autre côté, ce leader syndical précise que les cotisants dans une association, entité ou institution, n'ont pas le droit de réclamer leurs cotisations, même s'ils font face à des graves problèmes. Notons que la CNaPS n'est pas une entité destinée aux prêts d'argent notamment à ses affiliés. Mais la situation exceptionnelle en cette période a entraîné la prise de cette mesure exceptionnelle afin de venir en aide aux employés.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff