Publié dans Société

Emigration clandestine vers La Réunion - Les deux passeurs en prison

Publié le mercredi, 12 août 2020

Dimanche dernier, les limiers de la Police de l’air et des frontières (PAF) de Nosy Be, ont arrêté un couple. Ce dernier aurait commandité et organisé un voyage clandestin de nationaux vers l’île de La Réunion, la destination finale de ces voyageurs. Initialement, le couple avait déclaré son projet d’effectuer un circuit touristique dans la partie Nord-est du pays. Mais à la fouille du bateau, les éléments de la PAF y ont découvert 14 personnes. Lors de l’enquête, la Police a appris leur projet de regagner en cachette l’île voisine.

 

Déférés au Parquet, mardi dernier, les époux en cause avaient été placés sous mandat de dépôt, en attendant leur prochaine comparution au Tribunal. La Police adresse sa reconnaissance envers les informateurs pour permettre d’étaler au grand jour le funeste projet de ces passeurs.

Ce n’est pas la première fois que cette partie de Madagascar est devenue un lieu d’embarquement à des voyageurs clandestins à destination des îles voisines. Dans un passé récent, des ressortissants malagasy à bord de boutre de fortune ont été appréhendés au large de l’île de Mayotte. Il y a de forte chance que ces voyageurs clandestins ne pourront jamais concrétiser leur rêve d’entrer irrégulièrement sur ces sols français avec la vigilance des autorités locales. C’est ainsi peine et argent perdus pour les prétendants à ces voyages risqués. Heureusement pour eux que la Police malagasy veillait également au grain pour éviter un quelconque drame survenu en mer…

Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff