Publié dans Société

Fidy Manantsoa Randrianarivelo - Dix ans au service des personnes sourdes 

Publié le lundi, 17 août 2020

Un visage familier pour les téléspectateurs de la chaîne nationale. Un fidèle compagnon des personnes sourdes et malentendantes. Il est jeune, avec les yeux attentifs et les cheveux soignés. Il est toujours bien vêtu, un vrai gentleman. Il, c’est Fidy Manantsoa Randrianarivelo, l’un des traducteurs en langue des signes au sein de la Télévision malagasy. « J’ai rejoint la chaîne nationale en tant que traducteur en langue des signes en 2010. Ceci après avoir été sélectionné par la Fédération des sourds et malentendants de Madagascar (FMM) afin d’appuyer son plaidoyer sur l’accès des personnes sourdes à l’information auprès de la TVM », se souvient le jeune interprète. Il a suivi des formations en tant que facilitateur et interprète en langue des signes dispensées par la FMM en 2008-2009. D’ailleurs, Fidy Manantsoa est la seule personne qui a suivi les deux formations à la fois, selon nos sources auprès de ladite Fédération. « Un interprète en langue des signes est un professionnel qui met en lien la culture des personnes sourdes à la culture des sons », informe notre jeune star de la télévision. Dix ans après son recrutement, il continue à faire son métier avec beaucoup de volonté et de passion, au grand plaisir des citoyens sourds et malentendants.
Employé de courte durée
Fidy Manantsoa n’a pas touché de salaire lors de ses débuts à la TVM. C’était en 2011 qu’il a pu être embauché en tant qu’employé de courte durée (ECD), un contrat valable jusqu’à maintenant. « J’ai failli arrêter au début de cette année. La TVM m’a toutefois rappelé vers le mois de mars pour traduire les informations relatives à la Covid-19. Je fais face à beaucoup de pressions et des tonnes de travail depuis la pandémie, nécessitant un maximum de concentration pour assurer la traduction des informations en langue des signes », nous révèle l’interprète. « Le statut d’ECD ne me confère aucune sécurité en termes d’emploi. J’ai besoin d’une situation stable », ajoute-t-il. Effectivement, les différentes organisations de personnes handicapées mènent un plaidoyer pour l’intégration de Fidy dans le corps des fonctionnaires de l’Etat, un genre de reconnaissance en sa faveur. Divers ministères peuvent assurer son recrutement, entre autres celui de la Communication et de la Culture, celui de la Population ou encore le ministère de l’Education nationale. Ces derniers temps, la majorité des bailleurs misent sur l’inclusion, et cela à travers l’accès des personnes en situation de handicap à l’information.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Stade Barea - Une avancée impressionnante des travaux
  • Les réserves d’eau d’Andekaleka à sec - Plusieurs quartiers dans le noir
  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff