Publié dans Société

Enseignement supérieur - Trois années universitaires à gérer !

Publié le lundi, 07 septembre 2020

Lors du rendez-vous de dimanche soir, le Président de la République, Andry Nirina Rajoelina, a avancé qu'il n'y aura pas d'année blanche pour les universités. Toutefois, la rentrée universitaire 2019-2020 sera décalée pour le 2 novembre prochain. Par ailleurs, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dispose de deux années universitaires à rattraper sans parler de la préparation la prochaine rentrée 2020-2021. Au lendemain de cette annonce officielle, une Conférence des présidents ou recteurs d'institution d'enseignement supérieur (COPRIES) a été décidée auprès du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

D'après les explications d'un responsable dudit ministère, les présidents des universités publiques se réunissent ce jour afin d'aborder divers sujets notamment l'organisation de cette rentrée universitaire. Les différentes activités administratives et académiques s'y rapportant vont être priorisées. A cela s'ajoute l'anticipation de l'accueil des futurs bacheliers 2020 dont l'examen est prévu pour le 19 octobre prochain. Mais ce qui représente un grand défi pour le ministère concerne le rattrapage de l'année universitaire 2018-2019.  

« Nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur les dispositions de l'université d'Antananarivo. Il existe des établissements ayant déjà commencé la nouvelle année universitaire, d'autres viennent juste de terminer leurs examens au moment du confinement et  quelques-uns préparent les résultats de fin d'année », souligne Pierre Hervé Ravelonandro, vice-président en charge des ressources humaines et des affaires académiques à Ambohitsaina. Et d'ajouter qu'aucune information officielle n'est actuellement disponible. Les dispositions à prendre touchent non seulement l'université d'Antananarivo mais toutes les Ecoles supérieures publiques dans tout Madagascar. Il faut ainsi attendre cette Conférence des présidents pour en savoir davantage souligne-t-il.

Les écoles supérieures privées craignent une réduction des effectifs

Si les étudiants intéressés par les universités publiques vont se précipiter pour l'inscription et la réinscription, certains choisissant les écoles supérieures privées vont certainement rebrousser chemin. La crise sanitaire a impacté financièrement les parents des étudiants à Madagascar. Selon Rojo Andrianasolo, PDG de l'Ecole des Métiers de l'Audiovisuel et de la Nouvelle Technologie à Madagascar (E-Media), une réduction des effectifs est à prévoir pour la prochaine année universitaire.  « Nombreux sont les étudiants qui m'ont exprimé les difficultés auxquelles ils sont confrontées en ce temps de crise avec l'arrêt de travail de leurs parents entre autres. Cette situation aura certainement des impacts au niveau de l'inscription et de la réinscription », se désole-t-il.  Ces propos ont été soutenus par Miandrisoa Tsimanirihasina Andrianadison, directeur général de l'Estiim'.  « Seuls 70 à 75% des étudiants toutes filières et niveaux confondus ont actuellement répondu présent », a-t-il précisé. En outre, ces Ecoles supérieures privées ont plus moins respecté leur calendrier d'activité académique. « Nous avons mis en place un cours en ligne en créant une plateforme virtuelle  pour des échanges. Les étudiants en première année de licence n'attendent plus que les résultats des examens finaux et ceux au niveau supérieur sont en cours de stage professionnel », explique Miandrisoa Tsimanirihasina Andrianadison. Pour

l'E-Média, qui débutera bientôt les cours en présentiel de l'année universitaire 2018-2019, elle va enchaîner des rattrapages. Cette année, la rentrée universitaire 2019- 2020 prévue vers la fin de l'année accueillera deux promotions indique son PDG.  

KR.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff