Publié dans Société

Ankatso - L'année universitaire 2018-2019 déjà close

Publié le mardi, 24 novembre 2020

Aucune année blanche. Des parents et notamment les élèves et enseignants se sentent perdus quant à la gestion des trois années universitaires dans le pays, à savoir 2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021, et cela à cause de la suspension de l'enseignement pendant un certain temps. Cependant, les problèmes sont déjà résolus. Il a été annoncé officiellement, hier, durant la présentation de l'application « Torolalana » à Ankatso, que l'année universitaire 2018-2019 est déjà clôturée. En effet, depuis le 2 novembre dernier, l'université a déjà entamée une nouvelle rentrée, c'est-à-dire celle de 2019-2020.

D'après Paul Randrianirina, directeur de l'Apprentissage et de l'Enseignement au sein de l'université d'Antananarivo, il ne devrait y avoir aucune confusion pour les anciens et nouveaux bacheliers puisqu'une organisation a déjà été mise en place pour gérer ces trois années universitaires. « La rentrée universitaire 2019-2020 a commencé au début de ce mois novembre et devrait prendre fin en avril ou mai prochain », explique-t-il. Dans ce cadre, tous les départements de l'université d'Antananarivo ne disposent que de 5 ou 6 mois pour finir les programmes et procéder aux examens. A cet effet, les étudiants suivent jusqu'à 10 heures de cours magistraux par jour. Concernant les élèves qui ont récemment décroché leur diplôme de baccalauréat, l'appel à candidatures pour les concours d'entrée en première année n'aura lieu qu'au mois de janvier ou février 2021. La prochaine année universitaire est donc programmée au mois d'avril ou mai prochain.

Face à cette situation, les étudiants n'ont aucun choix. 

« L'année universitaire est devenue très courte. Mais il vaut mieux accepter cette nouvelle organisation plutôt que d'envisager une année blanche », avance Danielle Raharisoa, étudiante en deuxième année à la Faculté des lettres. 

Anatra R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff