Publié dans Société

Viol de petites filles à Moramanga - Un autre père de famille arrêté

Publié le mardi, 24 novembre 2020

Mais quelle mouche a piqué certains hommes à Ambohibary, dans le District de Moramanga, au point que la folie semble s’emparer subitement d’eux pour abuser des jeunes filles ces deux dernières semaines ? C’est récemment le cas d’un chef de famille de 34 ans d’Ampahitra, toujours située dans cette première localité. Non seulement, il est soupçonné de viol. Mais il y a pire : ce dernier relève d’un caractère incestueux. Car d’après un renseignement, la victime, qui est âgée de 15 ans, n’est autre que sa petite fille. 

Après cette histoire dégoûtante pour la majorité de l’opinion, il a fallu faire passer la pauvre jeune fille à une observation médicale au centre hospitalier ou CHRD de Moramanga. Quant au chef de famille en cause, il a été placé en garde à vue à la brigade de Gendarmerie locale. Son déferrement sera annoncé dans les prochaines heures. 

A peine donc que l’opinion locale n’en finit pas d’être horrifiée par la bestialité d’un autre chef de famille de 45 ans, chauffeur de son état, voilà que ce trentenaire d’Ampahitra a fait également des siennes. Certes, la comparaison entre les deux individus en cause ne tient pas la route. Cependant, ce qu’a fait ce conducteur qui avait été arrêté le 19 novembre dernier dépasse vraiment l’entendement. Il est incriminé de viol de six petites filles dont la plus jeune n’a que 8 ans, et la plus âgée 13 ans. A propos, c’est en abusant de cette dernière que l’homme fut arrêté.

Pour les deux chefs de famille en cause, gageons qu’ils risquent gros en raison de la récente décision prise par les autorités dont la Justice pour punir ce genre de forfait. Car outre le fait que la détention provisoire d’office les attend, ils encourent également la peine maximale. Les sociologies ou autres observateurs certifient que la recrudescence des agressions sexuelles, qui touchent particulièrement les petites filles ou autres adolescents, serait imputable au récent confinement pour cause de la pandémie de Covid-19 dans le pays. Leur hypothèse sous-entend donc que le confinement aurait altéré sinon impacté la mentalité de certains hommes, au point qu’ils ont été poussés à commettre ces actes infâmes. De son côté, la Gendarmerie est ferme. Elle pousse les gens à dénoncer toute personne ou toute situation suspecte, tout en l’informant par le 813, la ligne verte de cette Force.

Franck R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff