Publié dans Société

Malnutrition infantile - Plusieurs facteurs sous-jacents dans le Vakinankaratra

Publié le mercredi, 13 octobre 2021

La pauvreté seule n’engendre pas la malnutrition. Dans le Vakinankaratra, l’une des Régions le plus productives en matière agricole, le taux de malnutrition infantile reste élevé. Nombreux facteurs expliquent cette hausse dans ladite Région. Le manque d’hygiène et d’assainissement se conjuguent avec l’impossibilité d’accès à la nourriture et le manque de communication, de sensibilisation pour influencer les comportements en matière de nutrition et santé à la population locale.

Pour la lutte contre la malnutrition, plusieurs associations et ONG tant multipartites que sectoriels œuvrent conjointement afin de parvenir à une meilleure nutrition. Dans la Région de Vakinankaratra, la plupart des foyers produisent pour leur subsistance en vendant les produits de qualité en se nourrissant de restes. De même dans la pisciculture, qui est un produit de luxe, car au lieu de 4 kilos par personne par an, une personne se nourrit seulement d’un kilo par an malgré l’abondance d’eaux.

L’Etat malagasy loue une infime partie de son budget dans la lutte contre la malnutrition qui est pourtant une question de vie. C’est là que les parlementaires devront intervenir pour plaidoyer l’augmentation de budget de l’Etat dans ce domaine. Les 13 et 14 octobre, l’Institut Electoral pour une Démocratie durable en Afrique (EISA) organise deux journées portes ouvertes à Antsirabe. L’objectif est d’améliorer le dialogue social entre les Organisations de la société civile et les députés sur la nutrition et les systèmes alimentaires.

Suivi alimentaire des élèves

Pour compenser le retard, le Programme alimentaire mondial et le ministère de l’Education nationale œuvrent pour le suivi alimentaire des élèves. Dans la Circonscription scolaire (CISCO) de Betafo, enregistrant 250 écoles primaires publiques, seules 3 EPP dans le ZAP d’Andranomafana disposent de cantines. « 60 à 70% des élèves sont sous alimentés avant d’aller à l’école. Cette situation favorise le taux d’absentéisme à l’école qui atteint jusqu’à 20 à 30%, notamment durant la période d’été car les enfants travaillent dans les champs afin d’aider leurs parents. Cela prouve le fait que la malnutrition impacte sur l’éducation et notamment sur l’avenir du pays », explique Randrianajoanina Soloniaina, chef de ladite CISCO.

Les cantines scolaires dans les 3 EPP citées plus haut sont opérationnelles grâce au projet Darwing, visant l’amélioration de l’agriculture traditionnelle et les ressources financières des femmes. Dès le bas âge, les enfants sont initiés aux jardins scolaires qui permettent de les nourrir dans la cantine scolaire.

E.F.

Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff