Publié dans Société

Académie nationale des arts et de la culture - Le ministère de la Communication sollicite l’appui des acteurs concernés

Publié le vendredi, 01 mars 2019

« La diversité culturelle est une caractéristique inhérente à l’humanité. Elle constitue un patrimoine commun de l’humanité et crée un monde riche et varié qui élargit les choix possibles, nourrit les capacités et les valeurs humaines ». Ces quelques lignes tirées du préambule de la convention de l’UNESCO sur la culture, montre suffisamment l’importance qu’il y a à promouvoir et à protéger la diversité culturelle. Madagascar a un peu négligé cette diversité culturelle. Actuellement, les acteurs culturels la mettent à sa vraie place pour en faire une arme pour le développement du pays.
En effet, dans le but de promouvoir l’art, la culture et toutes les disciplines artistiques tout comme le patrimoine malagasy, le ministère de la Communication et de la Culture projette de réaliser un grand projet qui consiste à mettre sur pied la première Académie nationale des arts et de la culture. « J’annonce la création d’une grande Académie nationale des arts et de la culture, laquelle soutiendra efficacement la promotion des jeunes talents venant de tous les horizons. En outre, il s’agira d’une plateforme très à l’écoute des besoins de tous les acteurs culturels. On aidera aussi le volet pédagogique à travers la culture, entre autres, avec la mise en place de conservatoires agréés pour initier à toute forme d’art, tels que la danse, le chant ou le cinéma », a annoncé Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy durant son premier discours en tant que ministre.


Une belle occasion
Une déclaration qui reste avant tout une  promesse. Raison pour laquelle elle sollicite l’aide de tous les acteurs culturels de la Grande île, ayant des idées ou des suggestions dans l’élaboration de ce projet pour les proposer directement au ministère de tutelle. Ainsi, un appel a été lancé par le ministère de la Communication et de la culture. « D’après le programme gouvernemental, dans le cadre de la promotion de la culture, nous sollicitons l’aide de tous les acteurs culturels travaillant dans le monde de la culture et de l’art pour apporter leurs suggestions et du soutien en matière de conception ou technique dans l’élaboration de la première Académie nationale des arts et de la culture. Ceux qui sont disponibles à contribuer à ce projet pourront venir directement à la Bibliothèque nationale sise à Anosy, du lundi 4 mars à  8 heures jusqu’au lundi  18 mars à 16 heures, dans le bureau du directeur de la Culture et y apporter les documents résumant  leurs idées ou des commentaires », affirme le communiqué publié par le ministère.  Toutes les disciplines sont ainsi concernées, notamment l’art plastique, l’art visuel, la musique, la littérature, l’art de la parole et de la scène, la danse, le cinéma, l’art médiatique ou encore la bande dessinée. Ceux qui ont des idées de ce que pourra être la future Académie nationale des arts et de la culture ne devront donc pas manquer cette occasion pour se manifester afin de permettre l’épanouissement et la mise en lumière de chaque discipline.
  Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff