Publié dans Société

Détournement de deniers publics - L’ex- maire d’Andoharanofotsy condamné à 5 ans de prison

Publié le mardi, 03 décembre 2019

Ça y est ! Les dés sont jetés pour Hasina Ranirison, l’ex- maire d’Andoharanofotsy,  et non moins candidat maire malheureux du parti « Tiako i Madagasikara » lors des récentes municipalités, ayant profité de sa mise en liberté provisoire. Incriminé pour détournement de deniers publics et de faux entre novembre 2015 et avril 2017. Lundi dernier, il a dû de nouveau comparaître devant la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption (PAC) aux 67ha pour un second procès. Le verdict était tombé : l’ex - maire d’Andoharanofotsy a été condamné à 5 ans de prison ferme. Il doit également s’acquitter d’une amende de 2 millions d’ariary ainsi que 99 millions d’ariary de dommages à la Direction de la législation des contentieux (DLC) qui s’est constituée en partie civile. C’est l’équivalent de la somme détournée.  Car ces débats au PAC ont révélé que l’ex - maire a touché de façon obscure 1 million d’ariary par semaine à l’époque. Il s’agit de l’un des plus longs débats à l’audience n’ayant jamais été enregistrée. Les débats qui ont fait suer l’ex - maire à grosses gouttes, selon des témoins, n’ont pris fin que très tard dans la nuit. Il était presque minuit lorsque la présidente de la Cour et les assesseurs, ont finalement rejoint la salle d’audience. Son co-accusé, un ex-comptable de cette même Commune de l’Atsimondrano, a également écopé de 5 ans d’emprisonnement ferme. 

 

Bien qu’on n’est pas en mesure de nous étendre pour la deuxième fois sur les détails du compte-rendu d’audience de la nuit du lundi dernier, gageons que les charges dont on incrimine l’ex - maire et ses co-accusés, étaient à peu près les mêmes qui avaient été débattues à la CCO du PAC le 3 octobre dernier. Mais à la seule différence que le récent procès était décisif pour le sort du principal accusé. D’après notre source au niveau du Pôle, le témoignage de l’un de ses ex- anciens bras droits contre l’ex -maire, l’ex-régisseur de recette, a finalement permis de l’enfoncer jusqu’au bout. Devant la présidente de la Cour, le témoin n’était pas allé sur quatre chemins pour dire la vérité. « Pour être plus clair, cette fois, je dirai tout ! », a déclaré le témoin devant un auditoire, déclaration qui n’en finissait pas d’enfoncer le clou au grand dam de l’accusé. 

Notons qu’après le procès d’il y a deux mois,  l’ex- maire d’Andoharanofotsy a obtenu la liberté provisoire. Il a profité de cette situation pour faire de la propagande de la récente élection municipale.  Le détournement et faux à propos d’émission de faux tickets de marché dont on l’avait incriminé, lui et ses anciens collaborateurs, se déroulaient entre novembre 2015 et avril 2017 dans la Commune rurale d’Andoharanofotsy. 

Globalement, l’ex- maire d’Andoharanofotsy est incriminé d’avoir fait fabriquer des tickets de marché parallèles à la suite d’une rupture de stock à l’imprimerie nationale. A l’époque, cette rupture momentanée aurait été expliquée par l’incendie ayant touché l’imprimerie nationale. L’ex- maire a nié jusqu’au bout être au courant de l’existence de ces tickets (blancs) malgré les questions savamment reformulées par le juge, le procureur général et les avocats à propos de sa responsabilité en tant que superviseur des affaires de sa Commune. A la question de savoir si au moins ses collaborateurs  lui ont informé sur la circulation de ces faux tickets lors des réunions du staff de la Mairie, sa réponse était systématiquement négative.

Après sa récente condamnation par le PAC, un autre dossier sale attend encore l’ex- maire et son équipe au Tribunal d’Anosy. Il s’agit de cette affaire de « fausses quittances », affaire qui risquera d’éclabousser également certains responsables d’une autre localité du District d’Antananarivo Atsimondrano.

Franck Roland

 

 

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff