Publié dans Société

Kidnapping - Une frange de l'opinion s'insurge contre la légèreté des peines

Publié le dimanche, 08 décembre 2019

La récente décision de la Justice du Pôle anti-corruption ou PAC aux 67ha à l'endroit des auteurs de kidnapping de patrons d'entreprise indo-pakistanais de la Capitale, suscite de vives réactions chez une frange de l'opinion. A titre d'exemple, la décision prise au cours de la semaine dernière à l'encontre d'un kidnappeur, le dénommé Ralala, n'a toujours pas fait des heureux, selon un échantillon des avis de ceux qui la contestent. Beaucoup se sont indignés simplement à l'énoncé du verdict avec 3 ans d'emprisonnement ferme, peine considérée comme trop légère pour un délit qualifié de « crime »,  sachant que l'accusé n'est pas aussi un inconnu dans le milieu des racailles.

L'ahurissement fut à son comble chez une opinion, qui n'est pas sans savoir que l'incriminé avait surtout eu mailles plusieurs fois à partir avec les Forces de l'ordre. Néanmoins, lors du débat à son procès, Ralala n'est pas l'auteur de l'acte mais complice en participant à la séquestration de l'otage à Andoharanofotsy.

A partir d'aujourd'hui, d'autres individus mis en cause dans des affaires de kidnapping tels que Lex, arrêté en novembre 2018 ainsi que l'un de ses complices, le premier ayant été déjà incarcéré pour meurtre, vont également  comparaître devant le PAC. De même, Andrianjatovo Ndranto Michel Eric - alias Ra-Fy-Eric et Navalona Arovonimboahangy Raymond dit Navalona, déjà placés sous mandat dépôt à la Maison de force de Tsiafahy depuis avril 2019. Tous ces individus sont présumés impliqués dans des kidnappings d'Indo-pakistanais perpétrés à Tanjombato, mais aussi d'une Indienne à Ivandry (pullmann). Ils sont également mêlés dans le rapt du propriétaire d'une pharmacie à Androhibe et d'un autre Indo-pakistanais l'année dernière au cimetière d'Ilafy. Affaire à suivre…

Franck R.

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff