Publié dans Sport

Tanora Soavimasoandro (RCTS) - Le Club reconnaissant envers ses partenaires

Publié le vendredi, 20 novembre 2020

Pas moins de 400 enfants sont éduqués dans le centre de Rugby Club Tanora Soavimasoandro (RCTS) à Imamba. Le centre est financé par divers partenaires local et étranger parmi lesquels se trouve le Rugby French Flair qui comprend les anciens membres de l’équipe de France, son principal sponsor. Ledit centre collecte 5000 euros par an ou vingt-deux millions cinq cent mille d’ariary pour l’éducation de ses membres dont la plupart sont des enfants issus de familles défavorisées de la Capitale. Ces enfants bénéficient de repas chaud au sein du centre deux fois par semaine. Le RCTS leur assure également des activités extra-scolaires tous les samedis et mercredis. 

Une journée dédiée particulièrement aux partenaires du club a été organisée sur le terrain du RCTS à Imamba Soavimasoandro.  Une occasion pour l’association de remercier ses partenaires et ce en présence des enfants membres. D’ailleurs, ces derniers ont fait des démonstrations. Par ailleurs, Avotra Tokianaina Andrianarisoa, président de l’association RCTS Pachamama, n’a pas manqué de remercier l’Etat malagasy de leur avoir rendu le terrain. Toutefois, il a réitéré sa recommandation au ministère concerné d’octroyer le terrain domanial définitivement à l’association. Cela permettra à celle-ci d’avancer dans son projet, celui de construire une infrastructure devant abriter un dispensaire pour les enfants membres de l’école de rugby. Rappelons que l’activité du centre ne se limite pas au rugby mais s’étale sur l’éducation et le civisme. Le club a déjà promu des joueurs qui ont formé l’équipe nationale si on ne cite que Véronique qui compose les Makis ladies Sevens et Fetra dans les rangs des Makis seniors.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff