Publié dans Sport

CAF-violence en Afrique du Sud - La CNaPS interpelle la FMF

Publié le vendredi, 06 septembre 2019

Le sport n’a pas été épargné par les attaques xénophobes dont l’Afrique du Sud a été le théâtre cette semaine. La CNaPS sport Madagascar devrait affronter l’équipe sud-africaine, le TS Galaxy, pour les seizièmes de finale de la Coupe de la Confédération Africaine de football (CAF), 15 septembre prochain. La Fédération malagasy de football (FMF) vient de décliner une proposition de match amical des Barea contre les Bafana Bafana prévue ce samedi à cause des violences xénophobes  à Johannesburg et  Pretoria depuis le début de cette semaine.

Et ce, pour raison de sécurité de la délégation malagasy et des ressortissants malagasy qui y vivent vu le climat sécuritaire morose qui règne au pays de Mandela. Effectivement, la CNaPS Sport a également interpellé la FMF par rapport aux troubles qui surviennent actuellement au pays « arc-en-ciel ».

Les Caissiers sollicitent la Fédération malagasy de football de recommander à la CAF de délocaliser le match aller ou de le faire jouer à Antananarivo en aller- retour. Un cas déjà survenu en 2015, lors d’une violence religieuse qui a eu lieu à Bangui, Centrafrique, durant lequel l’équipe nationale malagasy a disputé le match aller-retour à Antananarivo. La CNaPS sport attend ainsi la position de la FMF, qui devrait contacter la SAFA (South-African Football Association), et  la CAF  afin d’étudier cette situation à risques.  La fédération zambienne de football a annulé mercredi un match amical prévu contre les Bafana Bafana d’Afrique du Sud. Et le match Zambie-Afrique du Sud aura lieu finalement en octobre.

Recueillis par E.F.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff