Economie

Après l’affaire Base Toliara, celle de la carrière de Bekiposa Ikalamavony a attiré l’attention du Syndicat patronal malagasy (SPAM). En effet, il y a une semaine, les représentants du ministère des Mines et des Ressources stratégiques ont saisi une tonne de tourmaline d’un opérateur économique œuvrant dans ce District. Face à cette situation, le SPAM interpelle le Gouvernement pour protéger les exploitants nationaux et améliorer le climat des affaires. Les membres dudit syndicat ont alors organisé une conférence de presse mardi dernier à Ambodivona.
Une renommée de plus  pour la Grande île. La filière haricot vert porte haut le nom du pays sur le commerce international. Le groupe Basan à travers sa société Lecofruit se trouve au deuxième rang en matière d’exportation de cette variété de légumes dans le monde et premier exportateur à Madagascar. Avec une exportation de 8000 tonnes par an, l’entreprise se trouve derrière le Kenya. « Nous écoulons chaque année 8000 tonnes de haricot vert sur le marché européen notamment en France.
Un investissement sur le long terme. Faisant partie du plus grand groupe hôtelier en Europe, le groupe Accor, à travers l’Ibis Hôtel & Spa, se doit de maintenir un certain niveau de standing et de qualité des services. A cet effet, l’établissement investit constamment dans la formation de ses employés. « La formation est un élément clé du développement de notre hôtel. Elle contribue en effet à la professionnalisation pour le développement national du secteur mais aussi et surtout au développement individuel de chacun de nos employés.
Les îles de l’océan Indien consomment en majorité des produits importés. Une vraie nuisance pour la production locale et en particulier pour la sécurité alimentaire. En effet, ces aliments sont hautement transformés, avec des additifs alimentaires excessifs mais de faible teneur en nutriments étant donné leur long processus de conservation et de transport. « Ces aliments, quoique joliment emballés et aux allures modernes, sont en fait à l’origine de beaucoup de maladies, celles appelées non transmissibles, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires mais aussi artérielles, l’anémie et certains cancers.

Tourisme - Morondava attire toujours des visiteurs

Publié le lundi, 23 septembre 2019
Déforestation, insécurité. Malgré ces situations, la Commune de Morondava attire toujours les touristes. Leur effectif a d’ailleurs grimpé cette année par rapport à l’année dernière. La ville a déjà accueilli en huit mois 20 000 touristes, un chiffre déjà atteint durant l’année précédente. En effet, Morondava reçoit chaque année les voyageurs qui visitent l’Allée des baobabs et le « Tsingy de Bemaraha ». Ce dernier reste une destination incontournable puisque 2 340 touristes s’y sont rendus pour visiter le parc.
Apres avoir installé des lampadaires solaires dans la ville d’Antsiranana, le groupe FILATEX éclaire cette fois-ci Morondava - la Capitale économique et administrative du Menabe. Il s’avère que l’insécurité règne dans cette ville à cause du manque d’infrastructures. Ainsi, le groupe FILATEX, à travers la société ENELEC, a installé une vingtaine de lampadaires solaires et autonomes dans deux quartiers chauds de la Commune, notamment dans l’axe digue entre Tanambao et Ankisirasira, mais également à Soafila.
Après Wave Madagascar, le forum des investisseurs dans les domaines du tourisme et du transport, la Grande île présentera de nouveau ses ressources et ses opportunités, au mois de décembre prochain, à Miami. Effectivement, dans le cadre d’un événement réunissant toutes les grandes marques hôtelières, Madagascar veut continuer son importation de ses marques sur son territoire. L’objectif étant de développer le secteur touristique à travers le développement des infrastructures hôtelières mais aussi de la diversification des offres touristiques.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff