Economie

Le riz représente le principal aliment de la population malagasy. De ce fait, la riziculture occupe une position stratégique dans le système de production du pays. Pour une meilleure rentabilisation de la filière, un projet de digitalisation de la riziculture à Madagascar sera bientôt initié par Atos, leader international de la transformation digitale et Bearing Point, un cabinet de conseil en management et technologie indépendant aux racines européennes avec une couverture  mondiale. Cette digitalisation se fera par l’apport des solutions intégrées d’Applications métiers et environnement de travail connecté.
Du pain sur la planche ! L'équipe du programme national « Fihariana », pour la promotion de l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes a encore beaucoup de travail à faire. Depuis le lancement officiel, elle a en effet collecté en tout 70 284 dossiers de candidature des 22 Régions de la Grande île. « En tout cas, les premiers projets ont déjà pu démarrer au cours des derniers mois. Ils ont effectivement rempli toutes les conditions requises pour obtenir ledit financement. Et actuellement, 3 200 dossiers sont déjà au niveau de la banque.
30 % de la population malagasy vit aujourd’hui de la pêche. De ce fait, il est important que les petits pêcheurs puissent trouver un juste équilibre entre pêche économique et pêche responsable. L’objectif étant de renforcer la résilience des communautés de pêcheurs tout en préservant les ressources halieutiques. Mais cela reste encore un grand défi à relever pour le pays. Effectivement, jusque-là, l’intégration adéquate du rôle humain dans son environnement n’est pas encore évidente, plus particulièrement parce qu’ils pensent avant tout à leurs moyens de survie qu’à leur environnement.
Les investisseurs ne sont pas simplement venus à Madagascar par curiosité. En effet, dans le cadre du premier forum des investisseurs dédié aux domaines du tourisme et des transports, les premiers contrats ont déjà été signés hier au Centre de conférence internationale (CCI) situé à Ivato. Le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a donc procédé hier à la signature de la convention avec le docteur Faisal Ali Mousa, représentant de FAM Holding. Cette signature de convention marque la première collaboration entre Madagascar et Dubaï.
La toute première start-up transformant les fruits tropicaux en poudre. Si la production de fruits séchés commence à prendre de l’ampleur dans le pays, Tropikaly a décidé d’exploiter les fruits d’une toute autre manière. L’idée principale étant de fournir un ingrédient de qualité pour les gâteaux et les smoothies à l’endroit des consommateurs ainsi que des restaurateurs du pays. « Dans la conception de nos produits, nous priorisons toujours la qualité. Nous voulons dévoiler le meilleur des fruits. Il ne faut pas oublier qu’en tant que pionnier de la filière, nous souhaitons devenir une marque de référence à Madagascar mais aussi…
Tsaradia, la compagnie filiale d’Air Madagascar ne sera plus la seule à opérer sur les vols internes. Récemment, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a présenté sa vision annuelle pour le secteur du transport, plus particulièrement dans le secteur aérien. Ainsi, dans le cadre de cette vision, le ministère compte donc inciter l’ouverture de nouvelles compagnies aériennes pour développer les lignes domestiques de Madagascar. «  En effet, pour pouvoir assurer la venue des 500 000 touristes, objectif fixé par l’Etat, il est primordial de mettre en place des infrastructures répondant à leurs besoins, que ce soit dans le domaine de l’hôtellerie mais…
Enfin une bonne nouvelle pour notre environnement. Après 32 années de lutte acharnée pour la protection de la couche d’ozone ou ozonosphère, les efforts commencent enfin à prendre forme. Effectivement, hier, durant la Journée internationale de la couche d’ozone, sous le thème « 32 ans et en voie de guérison », la mise en application du Protocole de Montréal relatif aux substances appauvrissant la couche d’ozone (SAO) a porté ses fruits. Les substances polluantes ont bien été réduites. L’ozonosphère est alors en cours de rétablissement, et devrait se reconstituer d’ici le milieu du siècle.

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff