Nos archives web

Déception pour certains, un ouf de soulagement pour d’autres. Alors que la restriction budgétaire devrait être le maître mot dans chaque ministère, une direction auprès de celui des finances et du budget a failli la passer outre. Il s’agit de la direction générale du budget dont le premier responsable a voulu organiser une festive demain au centre de conférence international (Cci) à Ivato. Là où une centaine d’invités, 600 selon des informations, auraient dû assister à un déjeuner dansant dans le cadre de la présentation de vœux de cette direction et de ses filiales. Dame rumeur a annoncé auparavant plus de 2 000 invités mais le directeur général du budget a démenti cette information. « C’est faux de parler de ce nombre, il n’y a que 600 convives », précise –t-il à un confrère qui lui a demandé le déroulement de cette festive. A lui de refiler ensuite les patates chaudes à la direction d’Analamanga qui, d’après lui, est l’organisatrice de cette présentation de vœux.

Amnetsy international vient de publier son rapport pour la période 2017 – 2018.  Un rapport qui rend compte des actions et préoccupations d'Amnesty international pour l'année 2017. Pour le cas de Madagascar, cette Organisation internationale aborde plusieurs sujets liés aux droits de l’homme et qui ont fait l’objet de violation dont la liberté de réunion, la liberté d’expression entre autres. Le harcèlement des activistes écologiques parfois réduits au silence sous le coup de poursuites judiciaires se situe également parmi les principales préoccupations de cette organisation.

Dans un premier temps, Amnesty international souligne l’interdiction voire la répression des manifestations pacifiques sous prétexte de prévention contre les troubles à l’ordre public. A ce sujet, l’organisation relève les critiques de WakeUp Madagascar et le SeFaFi (Observatoire de la vie publique à Madagascar), qui œuvre contre l’interdiction de manifester sur la voie publique pendant un mois en juin 2017. Sont également évoquées, les entraves à la manifestation prévue par le Mouvement pour la liberté d’expression à l’occasion du premier anniversaire de l’adoption de la loi instaurant un nouveau Code de la communication médiatisée, qui prévoit de lourdes amendes pour des infractions telles que l’outrage, la diffamation ou l’injure envers des agents de l’autorité publique.

Football-Caf - Ahmad, reçu à l'Elysée

Publié le jeudi, 22 février 2018

L'ancien footballeur a été reçu ce mercredi à l'Elysée par le Chef de l'Etat français, Emmanuel Macron. A l'invitation du Président de la République du Liberia, George Weah, le président de la Confédération africaine de football,  Ahmad, faisait partie des convives au déjeuner offert en l'honneur du Chef de l'Etat libérien par son homologue français  Emmanuel Macron, en mi-journée ce mercredi 21 février 2018, au palais de l'Elysée à Paris.

L’interview de l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina diffusé dimanche dernier sur trois télévisions privées de la Capitale a créé une panique auprès du clan présidentiel. Ces derniers jours une campagne de dénigrements est menée par les zélateurs du régime Hvm pour tenter de contrer l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar et surtout décrier l’ex homme fort de la Transition. Il ne s’est passé aucun jour sans que des zélateurs du régime Hvm ne viennent au devant de la scène médiatique pour tenter de torpiller la démarche entreprise par Andry Rajoelina. Pour ne citer que le député élu à Atsimondrano Harijaona Randriarimalala ou Jaona Elite, dont la réputation n’est plus à faire. Il y a aussi et surtout ces spécialistes de la transhumance politique. A l’instar de Milavonjy Philobert, Mmm.

Jirama ao Sambava - Fototry ny delestazy ny fahasimban’ny milina roa

Publié le jeudi, 22 février 2018

Miaina ao anatin'ny delestazy tanteraka ny mponina ao Sambava amin'izao fotoana izao. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia milina roa, izay manana tanjaka 600W sy 550W no simba tanteraka ka ny sisa tavela dia tsy afaka mamatsy ny ao an-tampon-tanàna rehetra.

Le clash ?

Publié le jeudi, 22 février 2018

La relation entre le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions (Mcri) et la presse privée, en général, et celle du ministre Harry Rahajason et les patrons de presse, en particulier, se dégrade ces derniers temps. Pour cause ! Le Mcri, fidèle au mode opératoire délétère du régime, mit en place unilatéralement un comité paritaire chargé de procéder à la délivrance des cartes professionnelles pour journalistes. Les réactions au niveau du bureau de l’Ordre des journalistes ne s’étaient pas fait attendre. Les 5 vice-présidents à savoir Pascal Rakotondrasoa (Antsiranana), Daudet Rarivoson (Toliary), Didi Ratsimbazafy (Antananarivo), Tony Josoa (Mahajanga) et Janus Raembosoa (Toamasina) contestèrent, de la manière la plus virulente, la démarche du Mcri. Dans une « déclaration commune », ils rappelaient le 9 novembre 2017 au ministère le caractère illégitime et illégal de l’acte. Il n’appartient nullement au Mcri, de s’occuper techniquement de la délivrance de la carte professionnelle de journaliste. C’est une responsabilité et une charge spécifique relevant directement de la compétence du conseil de l’Ordre des journalistes. L’article 54 du Code de la communication médiatisée en est clair.

Indice de liberté économique 2018 - Madagascar au bas du tableau

Publié le jeudi, 22 février 2018

Aucune amélioration. Depuis 1995, « The Heritage Foundation », un think tank et un lobby américain basé à Washington (Etats-Unis) dresse le document « Index of economic freedom », une classification de 180 pays du monde sur leur indice de liberté économique. Pour effectuer le calcul,  il se base donc sur 12 facteurs quantitatifs regroupés en quatre grandes catégories, à savoir l'Etat de droit, la prépondérance du Gouvernement, l'efficacité réglementaire et les marchés ouverts.

L’affaire Houcine Arfa, l’ex-formateur de la garde présidentielle  et en fuite en Hexagone, est un os pour la ministre de la Justice. Chaque fois que l’occasion se présente, tel a été le cas hier, la presse ne la lâche point. S’estimant être victime de diffamation de la part du Franco-Algérien, le garde des sceaux Elise Alexandrine Rasolo, passe à la contre-offensive. Comme une autre personnalité au sein de la Justice également éclaboussée par le fugitif, la ministre a porté plainte contre le concerné. Interrogée alors par les médias concernant l’évolution de l’affaire désormais baptisée « Arfagate », la ministre en cause a reconnu sa délicatesse.

La Une du 23 février 2018

Publié le jeudi, 22 février 2018

Gare routière d’Andohatapenaka - Déplacement sans anicroche

Publié le mercredi, 21 février 2018

La gare routière d’Andohatapenaka est opérationnelle depuis hier. Malgré les menaces de grève des transporteurs, le transfert s’est déroulé dans le calme. Pour le moment, ce sont seulement les coopératives reliant la Capitale avec les axes de la Rn1 qui sont concernées par ce déménagement.  D’après le président de l’Association des transporteurs de Madagascar (Astram), Fredinard Rakotondrafara, le transfert se fait par étape pour éviter le bordel dans cette gare routière.  « La gare routière sise au "Fasan’ny Karàna" rassemble plus de 800 taxis-brousse. Sur ce, il est encore difficile de gérer la situation, notamment l’accueil des voyageurs, le départ et la sécurité si le transfert se fait en une journée », avance-t-il. Pour les coopératives  assurant le trajet Antananarivo-Mahajanga (Rn4) ou encore Antananarivo-Antsiranana (Rn6), le transfert aura lieu la semaine prochaine.

Fil infos

  • Arriérés du sommet de la francophonie 2016 - Des prestataires ruinés par la présidence
  • Affaire Ametis - Le syndicat des agents des impôts monte au créneau
  • Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !
  • Droits humains à Madagascar - Le harcèlement des activistes préoccupe Amnesty international
  • Face à l’Iem de Rajoelina - Les pompiers de service du Hvm à la rescousse
  • Vision 2030 de Rajaonarimampianina - Un programme à la va-vite…
  • Suspicion de corruption à l’Enmg - Les Magistrats exigent une enquête
  • Visite dans l’Androy - Rivo Rakotovao en plein … délire !
  • Interview Andry Rajoelina - « Je ne suis pas putschiste… »
  • Soutien à Rajaonarimampianina en 2013 - Andry Rajoelina présente ses excuses aux électeurs

La Une

Recherche par date

« February 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Editorial

  • Alternative crédible
    Andry Nirina Rajoelina, l'ancien président de la Transition, après quatre années d'absence et de silence, revient sur le devant de la scène. « Zandry kely » débarque au « tanindrazana » avec un « voan-dàlana » dans la valise : l'Iem. Après avoir été présentée, pour la première fois, le vendredi 26 janvier 2018 à Paris au Petit Palais, Musée des beaux-arts, l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (Iem) fut à l'honneur à Antananarivo (Ivandry) par le soin de son « père fondateur », en la personne de monsieur Andry Nirina Rajoelina.

A bout portant

AutoDiff