Nos archives web

Un jour à peine après l’horrible assassinat du père Djiva Lucien (43 ans) et ayant causé des graves blessures à Jérémie (27 ans), un frère novice de la mission des pères capucins d’Ambendrana à Antsohihy, la Gendarmerie a interpellé 13 suspects. « Les enquêteurs détiennent des preuves tangibles de leur participation dans ces agressions sauvages », apprend-on du côté des services de renseignement et de sécurité du Toby Ratsimandrava de la Gendarmerie nationale. 

La grande inconnue !

Publié le lundi, 24 avril 2017

Les résultats définitifs du premier tour de l’élection présidentielle française sont, d’ores et déjà, connus. Emmanuel Macron, candidat du mouvement « En marche », et Marine le Pen, du Front national, s’affronteront au deuxième tour. Les Fillon, Mélanchon, Hamon ou autres passèrent à la trappe.

La métamorphose de la configuration du paysage politique français se confirme. Le traditionnel bipolarisme, droite-gauche, s’efface du moins pour le moment. En tout cas, la situation est grave ! Les états-majors des ex-grandes formations politiques, le Ps et les Lr, sont confrontés au risque de la désagrégation. Le microcosme politique se décompose ou se recompose, c’est selon. Mais, la France toute entière se dirige vers une destination inconnue.

Emmanuel Macron, propulsé en tête du suffrage, a de fortes chances de remporter le match. Il bénéficiera, certainement, des reports positifs de voix des « recalés » de grosses pointures, et ce, pour barrer la route aux « Frontistes ». Le « front commun » sera acquis à son profit. Cependant, le futur locataire de l’Elysée mettrait en relief, quand même, certaines inquiétudes.

Macron qui est sorti de nulle part demeure un grand inconnu des grandes relations internationales et même dans son propre pays. Les Français doutent sur ses véritables compétences à maîtriser les dossiers chauds et troublants de l’heure auxquels la France se voit confronter et ses réelles intentions concernant les relations avec les pays ayant des liens historiques essentiellement  d’Afrique. 

Les observateurs internationaux hésitent à statuer sur son aptitude à freiner la montée du populisme comme c’est le cas dans la plupart des pays européens dont la France. Le nouveau Chef de l’Etat serait-il à même, aussi, de gérer l’épineux dossier relatif à la vague de terrorisme ainsi que le flux des migrants en direction du vieux Continent. L’Hexagone étant la cible préférée des fauteurs d’attentats terroristes. 

Cependant, l’inconnue atteint sa phase maximale au moment où le nouveau Président français ferait connaître sa politique vis-à-vis des pays anciennement colonisés. Certains dossiers attendent des éclairages de sa part. Pour Madagascar, on sera impatient de savoir comment va-t-il s’y prendre concernant le cas des îles Eparses. Un litige vieux de quelques décennies que l’Elysée devrait régler et trancher selon la voix de la raison. L’Organisation des Nations unies (Onu), par la voie de son assemblée générale, en deux résolutions, avait déjà ordonné à la France de « rendre » ces petites îles à qui de droit. La France n’en a cure. Les 22 millions de Malagasy attendraient de pied ferme la décision du futur Président de la République française, quant au sort de ces îles Eparses. De toutes les manières, elles n’ont qu’une seule option : revenir au bercail.

L’autre aspect de la grande inconnue quand le nouveau Chef de l’Etat prendrait ses fonctions réside dans l’avenir de la France-Afrique. Cette politique opaque mais agissante de l’Elysée depuis Charles de Gaulle, pas toujours catholique, en direction des pays francophones. Il y a trop de décalage entre ce qu’on clame, tout haut, et ce qu’on traficote tout bas.

Autant d’angles non élucidés que le nouveau locataire de l’Elysée aurait intérêt à éclaircir. A l’allure où vont les choses, le risque de cohabitation ne serait pas à écarter. Ce qui compliquerait davantage la situation et rendrait encore plus épaisse la grande inconnue. 

Ndrianaivo

Le Sénateur Riana Andriamandavy VII, le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, et d’une manière générale tous ceux qui ne sont pas en charge du dossier mais qui sont intervenus d’une manière ou d’une autre dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Tout ce beau monde a été remis à sa place par le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy lorsque celui-ci, pour ne pas avoir à s’exprimer sur ce dossier brûlant, a rappelé fort opportunément le principe de la séparation des pouvoirs.

Le groupe français Coface (Compagnie française du commerce extérieur) estime que la croissance à Madagascar est contrainte par un environnement international peu porteur et des incertitudes politiques. Les performances de Madagascar en matière de gouvernance demeurent faibles, selon les indicateurs de la Banque Mondiale, en particulier en matière de lutte contre la corruption et d’efficacité du Gouvernement.

Les fonctionnaires retraités ont vite réagi face au bruit qui court quant à l’obligation d’ouvrir un compte en banque.  D’après le témoignage d’un pensionnaire, il s’agit d’une complication de procédures.  « Nous craignons d’avoir encore plus de problèmes à cause de cette nouvelle procédure.

La communauté catholique continue de payer fort l’insécurité dans le pays. Ses religieux, en effet, continuent de subir la foudre des actes de banditisme. Après les bonnes sœurs dans la Région de Vakinankatra, victimes de vols suivis de viols, c’est au tour des prêtres de subir une attaque meurtrière.

Le contingent de l’athlétisme malagasy aux Jeux de la Francophonie 2017 en Côte d’Ivoire ne cesse de s’agrandir. A une semaine de la date fatidique pour réaliser les minima, six athlètes de la Grande île viennent de franchir la barre minimale afin d’être au rendez-vous des sportifs francophones, fixé le 21 au 30 juillet prochain à Abidjan. 

Football - Chan 2018 - Courte victoire des Barea

Publié le dimanche, 23 avril 2017

L’équipe nationale malagasy est parvenue à se défaire de son homologue du Malawi sur la petite des marges, samedi au stade de Mahamasina. Cette rencontre entre dans le cadre du 1er tour aller de la phase éliminatoire du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) 2018 dont la phase finale aura lieu dans la Capitale du Kenya. 

 Ils étaient environ 400 garçons à s’inscrire au concours de  « Boys band G5 ». Samedi dernier, durant le troisième « prime », deux candidats à l’instar d’Andrianina et Safidy ont quitté l’aventure. Ils ne sont donc plus que 15 candidats qui ont rejoint le Loft dans la soirée.

La Une du 24 avril 2017

Publié le dimanche, 23 avril 2017

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Recherche par date

« November 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff