Nos archives web

Gravissime !

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Larousse définit le mot « gravissime » par « extrêmement grave ». Une situation qui atteint un point ultime de gravité. Le pays végète dans un état de dégradation avancé. La ruine et la déconfiture nous menacent sérieusement tous. Sur le plan moral et économique, les dégâts s’amplifient et atteignent des proportions inquiétantes et préoccupantes.
La recrudescence de l’insécurité… sécuritaire, d’un niveau de cruauté et d’atrocité jamais vécu auparavant, d’abord, pose réellement problème. Nul n’est épargné, sauf peut-être les Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha, ainsi que les autres de Mahazoarivo ou ailleurs.

La Une du 03 avril 2017

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Prix des carburants - La hausse se poursuit

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Dans la nuit du 31 mars, les prix à la pompe ont encore augmenté.  La hausse est de 40 ariary par litre pour l’essence et de 30 ariary par litre pour le gasoil. Le litre du gasoil s’acquiert actuellement à 3 260 ariary, tandis que le litre de  l’essence Sp 95 est commercialisé à 3 840 ariary. Le prix du pétrole lampant est resté à 2 370 ariary par litre.

La Vérité (+) : Ambatovy organise régulièrement des journées portes ouvertes. Pour quelles raisons ?
Lalaina Randrianarivelo (=) : « A travers les journées portes ouvertes que nous organisons tous les trois ou quatre mois à Antananarivo, Moramanga, Toamasina, nous voulons mettre en exergue qu’Ambatovy est la plus grande industrie de Madagascar. Une telle industrie apporte différents impacts économiques positifs pour le pays. Cette fois, Ambatovy organise des journées portes ouvertes à la Gare de Soarano du 1er au 9 avril. Il y a une certaine confusion entre retombée économique et celle financière. Nous essayons d’expliquer l’ampleur des retombées économiques d’une telle exploitation. L’exploitation de nickel et de cobalt à elle seule constitue 32 % des recettes en devises de Madagascar. A cela s’ajoutent les effets de l’exploitation sur la balance commerciale et monétaire ».
(+) : A part cela, qu’est-ce qui distingue la compagnie ?
(=) : « Les contributions sociales d’Ambatovy se distinguent à travers les fonds d’investissement sociaux, notamment 17 projets d’infrastructures et des projets sociaux. L’aide aux sinistrés après le passage du cyclone Enawo illustre les actions sociales les plus urgentes émanant de la compagnie minière d’Ambatovy. Cette compagnie réalise ce qui n’est pas fait habituellement, c’est-à-dire ce que les autres contributeurs ne peuvent pas apporter. En accord avec le Gouvernement de Madagascar, à travers le ministère des Finances et du Budget, Ambatovy va consacrer 600 millions d’ariary de son fonds d’investissement social afin de venir en aide aux communautés dans ses zones d’intervention touchées par le passage du cyclone Enawo ». « Outre l’aide d’urgence destinée à subvenir aux besoins les plus urgents des sinistrés, entre autres du riz et de l’huile, des fûts capables de stocker de l’eau potable, Ambatovy a appuyé les unités de secours, la réhabilitation des infrastructures, le collecte de fonds et le volontariat des employés de la compagnie,… ».
(+) : Pouvez-vous citer les 17 projets d’infrastructures et les projets sociaux ?
(=) :  « Ces projets sont le projet d’élevage de poulets de chair  baptisé "Harenasoa" , la réhabilitation du marché de "Bazary Be" à Toamasina, la destruction du stock restant d’ammoniac de l’ancienne société Zeren, la réhabilitation du marché de Moramanga, la réhabilitation d’une portion de route à Ambatondrazaka, le projet de gestion des ordures "Moramadio" à Moramanga, le projet de gestion des ordures "Tanamadio" à Toamasina, la création d’une unité de protection civile à Toamasina, l’appui à la Jirama de Toamasina, la fourniture d’équipements pour la Brigade des pompiers de Toamasina, la réhabilitation du lycée technique de Toamasina, la mise en place d’un fonds pour la bonne gouvernance des redevances minières, la réhabilitation du marché de Brickaville, la réhabilitation et la construction d’infrastructures à Toamasina. A cela s’ajoutent la construction d’un laboratoire pour l’One (Office national pour l’environnement) de Toamasina, la réhabilitation du Tribunal de Moramanga, l’achat d’une ambulance pour Moramanga ».
(+) : Quelles sont vos perspectives de développement ?
(=) : « Ambatovy demeure dans la logique d’austérité vu que le cours du nickel reste relativement bas. La compagnie essaie de réduire au maximum les coûts de revient pour éviter les grosses pertes irrémédiables. Depuis novembre 2015, le prix du nickel sur le marché international varie en dents de scie. Cette variation est de l’ordre de 8 000 à 10 500 usd par baril ».
Recueillis par  Donas Hanitriniony Ralay

Une journée inaugurale mémorable. C’est ce que les amoureux de la balle ovale ont qualifié le début du championnat de la 1ère division d’Analamanga disputé hier au stade Malacam Antanimena. La réouverture de ce temple de la discipline, après des années de fermeture pour cause de  réhabilitation, constitue une des réjouissances du public. Venus en masse pour remplir comme un œuf le stade Malacam, les spectateurs  en ont eu pour leur compte en assistant à des affiches alléchantes durant toute la journée.
Sevrés de compétition depuis des mois, les joueurs s’en sont donné à cœur joie à cette reprise comme si leur vie en dépendait.

A bout du 03 avril 2017

Publié le dimanche, 02 avril 2017

Une petite fille de 3 ans a perdu la vie, tandis que les 16 passagers d’un taxi-brousse Mercedes Benz Sprinter ont été grièvement blessés. Tel a été le sinistre bilan de la sortie de route, survenue la nuit du vendredi, de ce véhicule à Ambalajanakomby, une Commune située à 58 kilomètres de la ville de Maevatanàna.

La célèbre historienne Françoise Raison-Jourde, dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de l’insurrection malgache (29 mars 2017) a insisté, lors de sa prise de parole à la Sorbonne, le 31 mars dernier, pour l’ouverture des archives sur les affaires de 1947. Parallèlement, à Antananarivo, dans le cadre du colloque scientifique international organisé en leur mémoire à l’« Akademia Malagasy », les 30 et 31 mars, le président de cette institution, Pr. Marcel Razanamparany, a également émis le même avis. Ci-après la synthèse des idées forces des 45 communications présentées et témoignages répartis dans cinq thématiques spécifiques débattues dans les commissions lors de cette rencontre intitulée « Pour l’Etat malgache : libre, indépendant et national ».

En vogue. Le transfert monétaire est désormais le système le plus utilisé pour venir en aide aux ménages les plus pauvres. Le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (Mppspf) et ses partenaires s’y lancent ces dernières années, dans le cadre des « Filets sociaux de sécurité » ou Fss.

Un véritable coup de tonnerre.  C’est la réaction qu’ont eu bon nombre d’observateurs à l’annonce du nouveau rebondissement sur la tuerie de Fenoarivo qui a trait à l’aveu fait  par Mamodtaky comme étant le commanditaire.

C’est une affaire vieille de 16 ans qui vient en effet de trouver une issue pour le moins inattendue. En avril 2001, alors qu’ils participaient à une réunion de famille à Fenoarivo Atsimondrano dans la banlieue d’Antananarivo, les membres de la famille Remtoula, des Français d’origine indo-pakistanaise, ont soudain vu des hommes armés faire irruption et qui avaient ouvert le feu. Cinq personnes ont été tuées. Pas de pistes précises. Mais des soupçons pesaient sur Mamod Abass Mamodtaky, désigné par sa femme Anita Remtoula comme étant le commanditaire de cette tuerie. Après 16 ans d’une longue saga judiciaire, il vient d’avouer son crime dans le huis clos de la chambre de l’application des peines de la Cour d’appel de Paris.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff