Nos archives web

Pour l’annulation des voies dans certains bureaux de vote. Telle est la principale revendication du groupement du patronat malagasy (Fivmpama) dans la Région de Vakinankaratra. Ceci suite à l’élection au sein de la Chambre de commerce et d’industrie (Cci) qui s’est tenue le 9 avril dernier, laquelle a été prévue se tenir le 22 mars dernier.

La Une du 22 avril 2017

Publié le vendredi, 21 avril 2017

Après la remise en liberté par ses ravisseurs de Firoze Nourbhay (16 ans), cet élève franco-indien d’un établissement scolaire français,  jeudi soir, la Police nationale aurait été tenue en échec. C’est du moins ce qu’on peut traduire les expressions, côté Brigade criminelle. « Certes, la victime est  libre. Cependant, la Police n’a atteint son objectif que partiellement », apprend-on.

De l’hébétude !

Publié le vendredi, 21 avril 2017

La semaine s’achève. La quinzaine, à partir du dimanche 9 avril, date à laquelle la célèbre conseillère fut interpellée, se referme. Une quinzaine agitée et tumultueuse, très riche en rebondissements mais qui se termine en queue de poisson, comme si de rien n’était ! Alors qu’on s’attendait à une reprise en main sérieuse et radicale des affaires nationales par celui à qui revient la charge suprême de la destinée du pays, on n’a eu droit qu’à un coup d’éclat.

Les attaques à l’encontre des magistrats font grincer des dents. Le bureau national du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a dénoncé lors d’une conférence de presse, à l’issue de leur assemblée générale extraordinaire (Age), hier dans le début de l’après-midi, des menaces formulées contre certains de leurs membres.

L’ « Aloalo » est une culture mahafaly. C’est un ensemble des pièces de bois sculptées surmontant les tombeaux dans le sud de Madagascar. Cette Région est composée de quatre Etats, à savoir Menarandra, Linta, Sakatovo, et Onilahy.

Challenge. Le nouveau Conseil d’administration du Syndicat des industries de Madagascar (Sim) et ses 84 industries membres attendent avec impatience la soumission de la Loi pour le développement de l’industrie à Madagascar (Ldim) qui devrait avoir lieu lors de la session ordinaire au deuxième semestre de cette année. Il s’agit d’un grand défi, d’après les explications de Fredy Rajaonera, président du Sim, avant-hier à Anosy, car cette loi est la clé pour faciliter la construction et le développement des industries malagasy dans la Grande île.

La Bfv-Société générale (Bfv-Sg) bénéficie de la diversité de ses métiers, ses clients, ainsi que de l’engagement de ses collaborateurs. La banque a enregistré une croissance de 13 % de ses encours de crédit et de dépôt, ce qui lui a permis d’accroître ses revenus de 9 % hors éléments exceptionnels. Ces performances ont été confortées par une bonne maîtrise de ses coûts de gestion et celle des risques.

Alors que l’affaire Claudine Razaimamonjy est en train de prendre une proportion importante au niveau national comme international, le Président de la République Hery Rajaonarimampianina n’a pas trouvé mieux que de se positionner en tant que « Ray aman-dreny ». Interrogé par la presse en marge de l’inauguration de l’Epp d’Andrefan’Ambohijanahary hier, le Chef de l’Etat prétend vouloir se placer au-dessus de la mêlée. Se placer en « Ray aman-dreny » ne devrait pourtant pas empêcher le Chef de l’Etat de faire appliquer la loi puisque le « claudine gate » implique un détournement de plusieurs milliards d’ariary
de derniers publics. Les membres de la société civile malagasy comme ceux de la communauté internationale ne demandent pas plus que l’application de l’Etat de droit et la justice pour tous. Une promesse que le numéro « un » d’Iavoloha a solennellement fait devant les 22 millions de Malgaches lors de son investiture, il y a 3 ans de cela.  

A bout portant du 21 avril 2017

Publié le jeudi, 20 avril 2017

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Recherche par date

« November 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff