L’endroit situé un peu au nord du croisement de Sahasinaka, sur la RN12, a été le théâtre d’un terrible accident de la circulation vers la fin de la matinée, mercredi dernier. Un minibus Mercedes Sprinter, transportant des pèlerins d’une église FLM  locale via Ifanadiana et qui faisait route sur Manakara, a fait une embardée.  Le bilan fut assez lourd : 2 enfants, ayant voyagé à bord du minibus, ont été tués tandis que 34 autres passagers furent blessés dont 7 dans un état grave. Le chauffeur figure dans la liste des grands blessés. Il fut coincé dans son poste de conduite mais a survécu à ses blessures. D’après des sources concordantes, un excès de vitesse serait à l’origine du drame. Plus précisément, la façon de conduire du chauffeur a été pointée du doigt. « Des passagers racontent que le conducteur n’a voulu faire qu’à sa tête. Il a fait la sourde oreille à leur interdiction de ne pas rouler si vite », rapporte un témoin. Et c’est ce qui devait arriver, arriva. Le conducteur a subitement perdu le contrôle de son véhicule à un moment  où il allait attaquer un virage. Il aurait cherché à éviter une énorme crevasse.

Publié dans Politique

C’est dans la journée de mercredi que les personnes mêlées, de près ou de loin, dans la fuite des sujets du baccalauréat ont été présentées devant le Parquet d’Antananarivo. Elles étaient 10 à faire face au juge d’instruction dont le directeur de l’office du baccalauréat  qui, depuis l’éclatement de cette affaire, a été démis de ses fonctions. A l’issue de l’audition au Parquet, ce premier responsable a été laissé libre par le juge d’instruction mais il est tout de même placé sous contrôle judiciaire. Ce qui veut dire qu’il est dans l’obligation de se présenter quotidiennement auprès des autorités judiciaires. Il en est de même pour les 9 autres suspects dont la plupart sont des candidats au baccalauréat et accusés d’avoir partagé les sujets à travers les réseaux sociaux ou autres moyens. Si la majorité des personnes présentées devant le juge a pu rejoindre librement leur domicile après la garde à vue de quelques jours à la brigade territoriale d’Antananarivo, un enseignant au sein d’un groupe éducatif, ayant pignon sur rue dans la Capitale, a été incarcéré à la maison d’arrêt d’Antanimora. Le commandant de la Gendarmerie nationale (COMGN), le Général Njatoarisoa Andrianjanaka, assisté de ses proches collaborateurs, a livré à la Presse hier le bilan, provisoire, de la recherche et des enquêtes effectuées par cette entité dans tout Madagascar et concernant cette fuite des sujets.

Publié dans Politique
jeudi, 10 octobre 2019

Le trio infernal !

Le régime IEM de Rajoelina Andry Nirina est confronté au quotidien aux menaces d’au moins à trois « périls » dont les forces de frappe risque de saper dangereusement les intérêts supérieurs de la Nation à savoir l’insécurité, la corruption et l’inflation. Un trio infernal qui affecte mortellement le processus de redressement du pays. Le Président Rajoelina n’a de cesse réitérer sa détermination à éradiquer, donc jusqu’à la racine, le fondement de ces trois « maux ». A peine que le nouveau locataire d’Iavoloha s’installa au pouvoir en janvier 2019, il décréta des mesures draconiennes destinées à combattre les origines de l’état sécuritaire très fragile du pays. Il s’agit pour Zandry Kely d’une priorité des priorités. Ainsi, des mesures urgentes ont été déclenchées. Tout commença par doter des moyens matériels efficaces et de dernier cri aux Forces de défense et de la sécurité (FDS). Un puissant dispositif d’arsenal de nature à dissuader les dahalo même les plus coriaces se met en place. A chaque intervention publique, le Chef de l’Etat ne manque pas de marteler et de réitérer sa volonté inébranlable de mettre un terme aux menaces de ce fléau, l’insécurité. Des mises en garde sévères à tous et à toutes qui osent braver le pouvoir et continuer à jouer sur le feu ont été lancées. Le rouleau compresseur est en marche.  Le combat au quotidien pour anéantir jusqu’à ses racines la corruption se trouve au centre des préoccupations des nouveaux dirigeants du pays. Le Président Rajoelina en personne dirige la lutte. Evidemment, cette lutte ne peut qu’être acharnée et sans merci du fait que le mal s’enracine et assiège le corps entier de l’Etat. Elle exige une détermination indéboulonnable et une ferme volonté politique de la part de tous les responsables à tous les niveaux. Les sonnettes d’alarme ne cessent d’attirer l’attention des hauts dirigeants du pays. Le classement de Madagascar selon l’International Transparency (IT-Madagascar) demeure toujours alarmant. Il faut reconnaître que les efforts déjà entrepris jusqu’alors ont donné des résultats plutôt encourageants mais il nous reste encore de long chemin à parcourir. BIANCO et PAC ne baissent pas les bras. Les traques continuent ! Le Chef de l’Etat avertit qu’il ne tolérera point aux fauteurs reconnus coupables de ces actes de corruption. Ils seront punis sévèrement selon la législation en vigueur. Rajoelina Andry Nirina monte au créneau et dénonce avec la plus grande fermeté les actes inconcevables et anti-patriotiques de certains opérateurs (grossistes et détaillants) œuvrant dans le secteur de distribution et de commercialisation des produits de première nécessité (PPN). Ces opérateurs indélicats qui s’octroient, de façon injuste, des marges bénéficiaires dépassant largement les barèmes normaux et acceptables. Leurs agissements incorrects font grimper l’inflation et impactent directement aux modestes bourses de la population. Rajoelina a dû même recourir provisoirement au service des « Tsena Mora ». Il faut par tous les moyens garder la stabilité des prix du riz et de l’huile alimentaire en tant que produits hautement stratégiques. En effet, la recrudescence de l’inflation nuit à tous les efforts pour venir en aide aux masses populaires. Elle déstabilise dangereusement le régime.
En somme, le régime IEM ne ménage point les efforts et mènent un combat sans relâche et sans complaisance contre le trio infernal qui étrangle le peuple.

Publié dans Editorial

Rappel à l'ordre. Les usagers de la route ont certainement remarqué ces derniers jours que des éléments des Forces de l'ordre sont présents dans plusieurs axes de la Capitale dont Ankorondrano et Antsakaviro. A première vue, ils vérifient la régularité des papiers de ceux du transport en commun, les voitures particulières et les motos. D'après les informations communiquées par la Police nationale, depuis vendredi dernier et d'une durée de 10 jours, elle lance pour la énième fois l'opération dénommée « Aro Loza » dans la ville d'Antananarivo. Il s'agit d'une action de sensibilisation et de prévention des accidents de la circulation qui se sont multipliés ces derniers temps.

Publié dans Société

Les Miss Madagascar sortent de leur silence. Depuis 2015, La majorité des Miss élues ont œuvré sans contrat et ne sont au courant des règles avancés par le  Comité Miss Madagascar (CMM), dans une publication sur leur page Facebook. Elles ont vécu l’enfer à cause des rêves brisés, des faux espoirs et des promesses non tenues par le Comité. Si certaines ont alerté les responsables, mais sans réponse, d’autres ont préféré se murer dans le silence. Il a fallu l’initiative de Miss Madagascar 2019 pour rassembler les victimes et dénoncer les agissements du Comité, ou plutôt l’exploitation des femmes par une femme !

 

Publié dans Société

Mettre fin à la gabegie. Dans le cadre de la célébration de sa première bougie, le Conseil de discipline budgétaire et financière (CMDF) a organisé, hier, une journée de réflexion sur la bonne gouvernance financière à l’Hôtel Carlton Anosy. Cet organe institué auprès du Premier ministre a profité de cette journée pour présenter les résultats de l’étude sur la pratique en matière de recouvrement de recettes publiques à Madagascar. Durant la première année de son opérationnalité, le CMDF a connu un bilan prometteur.

Publié dans Economie
jeudi, 10 octobre 2019

La une du 11 octobre 2019

Publié dans La Une

Premières constructions. Le problème de logements pose énormément problème dans la Capitale, et pas cette dernière seulement. Pour y répondre, le Président de la République a décidé de mettre en place le projet des 50 000 logements. Pour Antananarivo donc, la construction des premiers logements débuteront bientôt du côté d’Ivato. « Quarante immeubles seront construits. Chaque immeuble sera composé de 4 étages et de 16 appartements. Ce qui fait en tout, 640 appartements de construits pour les habitants de la ville.

Publié dans Economie

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff