Après le Conseil de Gouvernement, le Conseil des ministres a adopté mercredi l’avant-projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi n°2016-029 du 14 juillet 2016 portant code de la communication médiatisée. Aucun amendement n’a été apporté, relate le communiqué rapportant les décisions prises lors de cette traditionnelle rencontre hebdomadaire entre le  Président de la République et les ministres. Le Conseil de Gouvernement avait adopté l’avant-projet de loi tel qu’il a été initialement présenté aux parties prenantes au début du mois d’août 2019 sans amendement majeur. En ne procédant à aucun amendement en tout cas, l’Exécutif a respecté les aspirations des journalistes et des professionnels de la Communication médiatisée. 

Publié dans Politique

Des fuites de sujets d’histoire –géographie et de physique-chimie,  des retards considérables du début des épreuves, suspensions dans certains centres d’examen. C’est à cela que se résument les quatre jours d’examen du baccalauréat pour cette session 2019. L’organisation de cet examen est remise en question. L’incompétence des responsables ayant élaboré et établi depuis des mois cet examen de fin d’études secondaires est pointée du doigt. Leurs démissions sont même souhaitées par les personnes à l’affût de l’actualité.

Publié dans Société
jeudi, 03 octobre 2019

Peaux de banane

A l'approche du 300eme jour de l'avènement de Rajoelina Andry Nirina au pouvoir, des faits troublants surgissent de tous les côtés. Des phénomènes dont leur apparition est loin d'être le fait du hasard intriguent. Il semblerait, au conditionnel svp, que des têtes pensantes manigancent « quelque chose » quelque part, à l'échelle nationale. Une conspiration qui ne dit pas son nom. Le régime IEM de Rajoelina gêne trop !

 

Publié dans Editorial

Les négociations n’ont pas porté ses fruits. L’Etat a ainsi envoyé une lettre de résilience de contrat à la Jovena, un des fournisseurs en énergie de la compagnie nationale d’eau et d’électricité, hier. Effectivement, vendredi dernier, lors d’une descente à Mandroseza, Vonjy Andriamanga, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, a déjà évoqué les difficultés rencontrées dans les négociations avec certains fournisseurs. « Sur les quatre gros contrats avec les fournisseurs, deux sont en cours de finalisation. Nous avons notamment atteint notre objectif de réduction des coûts de production et trouvé un point d’entente avec les deux fournisseurs. Quant aux deux autres, l’un des opérateurs est encore en cours de réflexion, tandis qu’avec l’autre, les discussions sont encore rudes », a-t-il précisé. De ce fait, les rudes discussions engagées avec cet « autre » fournisseur n’ont débouché sur aucun point d’entente, c’est pour cette raison donc que l’Etat a décidé de résilier le contrat avec l’opérateur.

Deux sites

Pour rappeler les faits, cela fait plus de sept mois que le ministère a engagé les négociations avec les opérateurs fournisseurs d’énergie de la JIRAMA. Le ministre a trouvé inapproprié que la compagnie paie la puissance installée par le fournisseur et non la puissance consommée. Ainsi, il a décidé de réviser tous les contrats de la JIRAMA avec ses fournisseurs pour trouver une solution adéquate et bénéfique pour les deux parties. Par conséquent, cette résiliation de contrat concerne surtout les sites Noor 1 et Noor 2, les centrales thermiques de la Jovena , situés à Ambohimanambola. Opérationnelles depuis le début de l’année dernier, elles contribuent notamment à hauteur de 76 Mégawatts d’énergie dans le réseau interconnecté d’Antananarivo. Toutefois, selon les explications des responsables au niveau de la JIRAMA, « Dans tous les cas, cette mesure ne devrait pas impacter le réseau de distribution au sein de la Capitale ».

Il ne faut pas oublier que la JIRAMA est actuellement à la recherche des tarifs plus compétitifs pour pouvoir entrer dans son plan de redressement. Et ceux de la Jovena sont trop élevés. Et d’après une source proche de l’affaire, « L’impossibilité de la JIRAMA à honorer le paiement des factures auprès du fournisseur serait aussi une des raisons de la résiliation de ce contrat ». En tout cas, un appel d’offres devra donc être de nouveau lancé pour pouvoir compenser cela. Mais les négociations avec les fournisseurs continueront.

Rova Randria

Publié dans Economie

Suite aux recommandations du ministère de l'Environnement et du Développement durable ainsi que du ministère de la Communication, le Conseil des ministres d'avant - hier a approuvé un décret relatif à la demande d'utilisation de 350m3 de bois d'ébène saisis et stockés au port de Mahajanga depuis 2011. Ces bois précieux seront utilisés dans la réhabilitation du « Rovan'Antananarivo », en particulier le Palais de Manjakamiadana et le Palais de Besakana. Cette décision du Conseil des ministres fait suite à l'approbation du Gouvernement.

 

Publié dans Politique
jeudi, 03 octobre 2019

LA UNE DU 04 OCTOBRE 2019

Publié dans La Une

La gestion calamiteuse des 10 derniers mois, 1 200 000 $ dépensés, du football malagasy par le comité de normalisation a été révélée dans notre édition d’hier. Les langues commencent à se délier et font des révélations sur le mode de fonctionnement du duo de tête du comité de normalisation en l’occurrence, la présidente Attalah Béatrice et son SG qui n’est autre que son gendre, Eddy Rasolofomanana.  Concernant la dépense excessive et l’existence d’une dette de 600.000$ laissée à la nouvelle équipe de la  fédération nationale, des  explications sont attendues. En effet, pour ne citer que quelques exemples, le stage de préparation des Barea au Maroc avant la CAN2019 était pris en charge par les Marocains ou la CAF. Il en est de même pour les primes de qualification qui, sauf erreur, étaient payées par le Président de la République et le club des partenaires.  Plus d’un s’interroge ainsi sur les raisons de cette dette colossale dont le montant  correspond, par coïncidence, au prize money obtenu par les Barea à la CAN 2019. A propos de prize money justement, il devrait être partagé en principe par les joueurs qui ont mouillé leur maillot durant la CAN et le staff. Toutefois, selon une source bien informée, deux noms figureraient également dans le tableau des primes à payer et transmis par le comité de normalisation au nouveau bureau de la FMF. Il semblerait que le nom d’Attalah Béatrice et celui de son gendre, Eddy Rasolofomanana  s’y trouveraient pour bénéficier chacun les 25.000 $.Une information à prendre sur la pincette. Si elle est avérée, on aimerait bien voir, même une photo, de ces deux personnes en short  avec des chaussures à crampons, témoignant leur participation à la CAN. Sinon, quid des autres membres du comité de normalisation ? L’indécence n’a décidément pas de limite !

Publié dans Sport

Fil infos

  • Hery Frédéric Ranjeva - Parmi les meilleurs avocats en France en 2021
  • Nouvelle loi sur la communication - Silence assourdissant de l’OJM
  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • Prise de conscience générale
    « Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! » Il semble qu’on assiste en ce moment à un certain éveil de conscience de la masse populaire sur la dangerosité de cet implacable virus. En cause, la recrudescence des tristes chiffres de la pandémie du Covid-19. Quelquefois, le malheur fait bien des choses. Au début, lors de la première intervention du Chef de l’Etat Rajoelina, ce vendredi 19 mars 2020, annonçant les premiers cas de contamination à Madagasikara, presque tout le monde n’avait pas pris au sérieux le danger réel qui guette le pays. Les détracteurs professionnels ainsi que les éternels sceptiques qui trouvent toujours l’occasion de douter de tout ce que Zandry  Kely dit, ne cessent de le discréditer. Les partisans de ces apprentis sorciers jouant le rôle d’opposition sous-estiment le péril qui pèse sur le pays et véhiculent le message selon lequel le nouveau coronavirus n’était qu’une pure manipulation politique de…

A bout portant

AutoDiff