Aujourd’hui, les consommateurs se tournent surtout vers les voitures importées. De ce fait, le marché de la seule industrie automobile locale, Karenjy, se retrouve restreint. « Le marché local est assez particulier parce qu’il est très petit. Nous sommes malheureusement contraints par le pouvoir d’achat des gens, qui de toute façon, n’ont pas les moyens pour acheter une voiture. Et ceux qui ont les moyens choisissent d’autres marques » explique Luc Ronssin, directeur général de l’entreprise Le Relais, constructeur de la marque Karenjy. Effectivement, le prix de la Mazana II n’est pas à la portée de tous. Il se place aux alentours de 60 millions d’ariary hors TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) pour la version de base. Et en fonction des variances et des options,  ce prix peut monter jusqu’à 80 et même 90 millions d’ariary. La Mazana II dispose notamment d’une dizaine d’options et de variances, entre finition en bois et climatisation. D’un autre côté, l’importation de certaines matières premières comme le moteur contribue également à la cherté de ce produit. Cependant, la Karenjy reste très économique vu qu’elle ne consomme que 6 à 8 litres au 100.

Publié dans Economie

Désordre. Les candidats auprès de plusieurs centres d’examen à Antananarivo et Toamasina ont paniqué hier. Une rumeur sur une fuite de sujets a perturbé la troisième journée de l’examen officiel du baccalauréat au niveau de ces deux ex-Provinces. « Comme à l’accoutumée, les  surveillants ont procédé calmement à l’appel ainsi qu’à la vérification de nos trousses respectives avant de franchir la salle d’examen. Une fois le sujet distribué, je me suis mis à analyser toutes les questions et à imaginer les réponses tout en écrivant dans la feuille de brouillon. Une heure s’est écoulée et tout d’un coup, les surveillants nous disaient d’une manière inquiétante de tout arrêter. Ils nous ont repris le sujet après avoir brièvement expliqué qu’une fuite de sujets est identifiée par les responsables du centre. Sitôt après, ils nous ont remis le même sujet », raconte un candidat inscrit au centre Lycée moderne Ampefiloha. Du côté du Lycée technique professionnel d’Alarobia, l’épreuve de physique-chimie n’a même pas pu commencer. Les candidats, très angoissés, quittaient quand même la salle comme lors d’un cours normal. Ils se sont regroupés dans la cour en émettant des bruits et en échangeant leurs angoisses par rapport à la suite de l’examen, tout en enregistrant ce désordre avec leurs Smartphones. Il en était de même dans les autres centres d’examen de la Capitale dont le Lycée Jules Ferry. Une telle scène s’est également produite au niveau des autres Régions, à savoir Maroantsetra, Sainte-Marie, Soanierana-Ivongo, Fénérive-Est, Tamatave. Les chefs de centre dans la Région d’Analanjirofo, particulièrement à Fénérive-Est, ont été alertés d’une fuite de sujet de physique-chimie pour les séries A1 et A2. Par conséquent, le début de l’épreuve a pris un retard considérable, une situation qui a énervé les candidats ayant même songé à manifester.

Publié dans Société

Pendant 10 mois, le football malagasy a été administré par un comité de normalisation suite à une décision de la FIFA. Un comité composé de quatre membres dont la présidence était revenue à Atallah Béatrice. Une fois au pouvoir du ballon rond malagasy, celle-ci n’a pas cherché loin pour trouver la bonne personne pour occuper le poste de secrétaire général du comité de normalisation. Elle a  choisi son ancien directeur de cabinet au ministère des Affaires étrangères en l’occurrence Eddy Rasolofomanana, son gendre. Un homme de confiance en somme qui forme avec sa belle-mère, le duo de tête du comité de normalisation. En effet, comme toutes les associations, sportives ou non, c’est le président et le secrétaire général qui tiennent les commandes et se placent, malgré eux,  au-devant de la scène. La réussite ou l’échec  de la mission dépend ainsi de la compétence de ces deux personnalités clés d’une entité. Pour le cas du comité de normalisation malagasy, il n’y a aucune hésitation à qualifier de catastrophique leur gestion. Du moins sur le plan financier.

Publié dans Sport

Les 12 personnes incriminées au cours de l’année dernière pour usage de faux billets de banque et d’association de malfaiteurs, ont été jugées au Pôle anti-corruption (PAC), hier. Arrêtées en octobre 2018, respectivement à Anosy et à Ankazomanga, ces individus sont accusés d’avoir voulu échanger 16 792 fausses coupures de 10 000 ariary, soit 165,12 millions d’ariary à la Banque centrale. C’est cette entité qui se constitue en partie civile et demanderesse. Les débats à l’audience étaient particulièrement longs.
Dans le box des accusés figurent, entre autres un assistant parlementaire du nom de Z., une policière nommée F., un employé d’imprimerie prénommé M., une propriétaire de cyber, J. qui est chauffeur de taxi-brousse reliant Imerintsiatosika et la Capitale,  mais aussi des intermédiaires, etc.
Tous les  accusés viennent  de la localité d’Imerintsiatosika, et ils ont nié les accusations jusqu’au bout. Bien que les magistrats les aient confondus et piégés à plusieurs reprises par leurs propres arguments, les principaux accusés ont maintenu leurs versions, pourtant versatiles.
Le juge leur reproche de mentir et ne pas reconnaître immédiatement que les deux colis, des paquets rectangulaires scotchés et de format A4, et qu’ils ont pris livraison d’une imprimerie à Ankazomanga à l’époque, sont des photocopies de la version recto de plusieurs billets de 10 000 ariary, sortis en 2003. Un mensonge, selon la présidente de la Cour, puisque les trois principaux accusés dont l’employé d’imprimerie, le chauffeur de taxi-brousse, et  l’intermédiaire, ont essayé de faire croire que les colis renfermaient des pièces détachées et non ces photocopies en papier A4 côté recto de ces billets de banque.

Publié dans Société

Pour son troisième jour de descente dans les quartiers de la Capitale, le candidat à l’élection du maire de la Municipalité d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina est descendu dans  les quartiers d’Avaradoha, de Besarety, Mahavoky et Ampandrana dans le troisième Arrondissement. Comme lors de ses descentes dans le deuxième et le premier Arrondissements la veille, le porte-fanion de l’Isika rehetra Kaominina miaraka amin’i Andry Rajoelina a été accompagné par la députée élue localement, Aina Rafanomezantsoa ou Anyah et des candidats aux postes de conseillers municipaux, notamment cette fois- ci par Clémence Raharinirina tête de liste de l’IRK à Antananarivo. L’occasion pour le prétendant à la mairie de rencontrer et d’écouter les doléances des habitants. Au lendemain d’une journée de pluie qui a déjà montré les limites des canalisations dans cet Arrondissement, la nécessité de réhabiliter ces infrastructures d’assainissement a inévitablement été au cœur des échanges avec les représentants de la population.

Publié dans Politique

Un bon point pour Madagascar. L’annonce du Président de la République, Andry Rajoelina concernant l’application imminente d’une grâce présidentielle en faveur des détenus accusés d’infractions mineures n’a pas laissé les organisations internationales indifférentes. Dans une déclaration publiée avant hier, Amnesty International a salué cette initiative présidentielle qui, selon cette organisation, constitue « un pas dans la bonne direction » et doit être concrétisée de façon immédiate. Sur cette lancée, l’organisation encourage la cessation de toutes les détentions arbitraires ainsi que la libération de toutes les personnes en détention provisoire pour des infractions mineures commises sans violence. L’accélération des procédures dans le traitement des autres détenus est également encouragée. « Certaines personnes se trouvent en détention provisoire depuis des années sans jugement, parfois pour des infractions aussi insignifiantes qu’un vol de poulet », selon Amnesty International. Des propos qui rejoignent l’argument du Chef de l’Etat lors de l’annonce de ladite décision au cours d’un déplacement à Fianarantsoa, la semaine dernière. D’ailleurs, l’homme fort du pays avait, pour l’occasion, procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une nouvelle prison aux normes internationales dans la capitale du Betsileo. Un chantier qui s’inscrit dans le projet de désengorgement des prisons malagasy.

Publié dans Politique
mercredi, 02 octobre 2019

La une du 3 octobre 2019

Publié dans La Une

Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture et non moins, porte-parole du Gouvernement a donné la réplique aux détracteurs du projet Tanamasoandro.  Ce fut au cours d’une émission spéciale sur la chaine de télévision et de radio privée TV PLUS Madagascar mardi dans la nuit.  La ministre réagissait ainsi aux contestations concernant le projet de nouvelle ville du pouvoir actuel. En fin de semaine dernière, quelques personnes à Ambohitrimanjaka avaient manifesté contre le projet.  La porte-parole du Gouvernement rappelle que l’initiative du Président de la République de créer une nouvelle ville s’étalant sur 1000 hectares découle de la nécessité de désengorger la Capitale. « Antananarivo a été construite pour 300 000 habitants. Actuellement, l’on compte 2 500 000 habitants dans la Ville des Mille. L’intérêt de la majorité va vers la construction d’une nouvelle ville parce que la ville d’origine est saturée », indique ainsi Lalatiana Andriatongarivo.  Mentionnant les résultats d’études menées par des urbanistes, la ministre indique que le site a été choisi parce qu’il se situe sur la rive gauche de la rivière Ikopa qui est non inondable. «  Il n’y a donc pas de raison que le remblai des rizières favorise les inondations », réplique la ministre, aux contestataires qui évoquent les risques d’inondation des parties alentours durant la saison des pluies. La porte-parole du Gouvernement s’interroge par ailleurs sur les véritables intentions des contestataires du projet.

Publié dans Politique
mercredi, 02 octobre 2019

La seconde mort

 Le Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) n’est plus, pour la deuxième fois. Le tout puissant parti d’Etat du régime Rajaonarimampianina périt de nouveau dans … sa tombe. Le HVM terrassé par une lourde défaite des suites des résultats catastrophiques du premier tour de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 plongea dans le coma. Le candidat du HVM, Hery Rajaonarimampianina, le Président sortant, n’a obtenu que 8,82 % des suffrages exprimés. Alors que les deux principaux adversaires  Rajoelina Andry et Ravalomanana Marc caracolaient au sommet du tableau : 39,23 % pour le premier et 35,35 % pour le second. Bien que ce fût prévisible, le classement obtenu par le « cheval » du HVM était quand même déroutant ou humiliant. Jamais dans l’histoire des élections présidentielles à Madagasikara depuis 1960 qu’un Chef d’Etat sortant et qui se portait candidat soit crédité d’un minable pourcentage en deçà de 10 %. Mais, l’ancien parti au pouvoir ne succomba pas encore. Il se trouva seulement dans un état végétatif dont les chances de survie dépendent uniquement des conduites à tenir au prochain tournant. Le Gouvernement Ntsay Christian, fidèle à la mission qu’on lui confiait, organisa le 27 mai 2019 les législatives. Tous les partis politiques légalement enregistrés au ministère de l’Intérieur peuvent aligner leurs candidats. Et le jour où la CENI affichait la liste officielle des candidats retenus pour le scrutin du 27 mai, le HVM manquait à l’appel. Il n’y avait eu aucun candidat portant le dossard bleu de l’ancien parti au pouvoir. Pourtant, ce fut l’occasion idéale offerte à l’endroit des barons aux cravates bleues, du moins ce qui en reste, de redorer le blason. Logiquement, la raison d’être d’un parti politique repose sur la prise du pouvoir par le moyen du scrutin populaire. Les élections législatives constituent ainsi un gros moyen d’accéder aux manettes de l’Etat dans la mesure où le Parlement, à l’Assemblée nationale, au sein duquel siègent les députés élus occupe entièrement le contour du pouvoir législatif. A ce titre, il contrôle l’Exécutif. Mais, le HVM toujours K.O. par terre n’avait pas pu se relever et aligner à même un candidat et donc, il n’y aura aucun élu  HVM à Tsimbazaza. C’est la mort confirmée du parti. Le 7 mars de cette année, nos avions eu déjà l’occasion d’évoquer, sur notre colonne, le décès du parti. Un pressentiment qui s’avère juste maintenant. Puis arrivent les échéances pour les élections communales et municipales. Une ultime chance pour le HVM de démentir les informations véhiculées faisant état du « décès  du parti». Mais, encore une fois, la triste nouvelle se confirme voire se durcit. En effet, sur les 1695 Communes, urbaines et rurales confondues, recensées à travers le territoire national, on n’avait pas constaté la trace d’un seul candidat HVM ni sur la liste des prétendants aux Communes ni sur celle des candidats aux municipales. Une défection totale sur toute la ligne. Si ce n’est pas une « seconde mort » que cela ressemble trop ! L’absence du parti HVM à toutes les échéances électorales relance le débat sur la légitimité d’un Sénat fantôme à l’intérieur du nouveau régime. Largement dominé par le feu parti HVM, cette Institution parlementaire aura-t-elle encore sa place dans un paysage politique sous contrôle de l’IEM.

Publié dans Editorial

Fil infos

  • Communales 2019 - Des nombreuses associations derrière Naina Andriantsitohaina
  • Stade de Mahamasina - Les Barea et le coach Dupuis demandent la réhabilitation totale
  • Chanson « Drako hely » - Clap de la fin !
  • Changement vers le développement - Une condition sine qua non
  • Milieu judiciaire malagasy - La grande muette !
  • Faniry Alban Rakotoarisoa - L’agression en guise d’arguments
  • Randriamasinoro Ny Rina - Quid de sa gestion financière de la CUA ?
  • Andry Rajoelina à l’inauguration de KFC - Un clin d’œil aux grands investisseurs étrangers !
  • Commission mixte sur les îles éparses - Des positions diamétralement opposées
  • Chanson « Drako hely » - La phrase de tous les dangers !

La Une

Recherche par date

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Editorial

  • L’imminence d’une fin !
    Un vieux riche exploitant terrien sentant la mort prochaine fit venir ses enfants (héritiers) et leur dit « travaillez, prenez de la peine c’est le fonds qui manque le moins ». De ses héritiers, il y en a qui ont pris au sérieux l’ultime message du vieux père et ont commencé immédiatement à travailler et faire fructifier le patrimoine sans attendre de disposer entre leurs mains tout l’argent nécessaire, tant mieux ! D’autres, à leurs dépens, ont pris à la légère et snobé le dernier message du vieux père. D’autres encore n’ont rien compris. Ils ne saisissent point les tenants et aboutissants de « l’ultime message ». Ils se trouvent totalement à côté de la plaque. Tant pis pour eux !  

A bout portant

AutoDiff