Société

Grâce à un renseignement, la brigade des stupéfiants de la Police Anosy, a été informée sur un transit de stupéfiants entre Anosizato et Antohomadinika, jeudi soir. Les recherches qu’ont effectuées ses limiers ont donc abouti sur l’interception d’un taxi près du pont dit « tetezan-dRamala » à Isotry.
La température en baisse. Après un début de semaine plutôt ensoleillé, le ciel a été moins dégagé depuis hier à Antananarivo. Les brouillards matinaux se sont transformés en un ciel gris et le froid frappe fort. D’après un technicien auprès du service météo à Ampandrianomby, le froid et le vent s’inviteront au week-end de la fête de l’indépendance, notamment dans les Hauts plateaux.
Du charbon bio fait à partir de la bouse fraiche de zébu, d’argile et d’« apombo ». Zo Nomenjanahary Rakotonirina a pu le fabriquer pour sa participation au concours national du meilleur projet innovant contre le changement climatique. « Les impacts du changement climatique sont de plus en plus fréquents dans notre région, où la déforestation ne cesse de gagner de l’ampleur. La population doit couper des arbres pour en fabriquer du charbon, du bois de chauffe ou encore pour construire sa maison.
Attaque en plein jour. Les malfaiteurs ne fixent plus aucune limite pour arriver à leurs fins. Hier encore et en plein jour, le quartier d’Antanimena a été le théâtre d’un braquage. Vers 10h 30 du matin, trois bandits, armé chacun d’un fusil « Kalachnikov », ont braqué une épicerie. « Cette opération n’a duré qu’une minute au maximum », a affirmé la victime. Les bandits ont pris toute la somme se trouvant dans la caisse qui se totalise à environ 150 000 ariary. « Ils ont attendu le moment opportun avant de passer à l’acte », a-t-elle continué. Seule une femme a été présente dans…
Les ressortissants de la Grande île ne cessent de faire parler scandaleusement d’eux à l’île Maurice, toujours pour affaire de drogue. Mercredi soir, c’était au tour d’un couple de malgaches d’être arrêté par les douaniers de l’aéroport de Port-Louis et la brigade anti-drogue de ce pays. Motif : trafic allégué de drogue avec en prime du blanchiment d’argent. D’ailleurs, les deux nationaux ont eu à répondre de leurs actes sur ce dernier point devant la Cour de Mahébourg, hier matin. 
Coûteux et compliqué. Le traitement du cancer du sein et celui du col de l’utérus, appelés communément cancers gynécologiques, est entièrement pris en charge par les patientes elles-mêmes, sans aucune aide de l’Etat. Pourtant, les dépenses engagées depuis les analyses jusqu’à l’hospitalisation, en passant par les divers médicaments et la chimiothérapie, coûtent dans les 2 à 3 millions d’ariary, à en croire le chef du service oncologie au sein de l’Hjra, le Dr Tovo Harivony.
Une jeune femme d’une vingtaine d’années a trouvé la mort dans des circonstances tragiques. Ce drame s’est produit mardi soir vers 19h non loin du Palais de la Justice à Anosy.

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff