Société

Près de trois semaines après l’incendie qui a complètement détruit les matériels de sonorisation appartenant au musicien-chanteur Paul Bert Rahasimanana, alias Rossy, les choses semblent bouger. Ce dernier a donc finalement décidé de porter plainte pour acte de sabotage. Pour lui, un indice permet de plus en plus de le confirmer.
A quelque six mois de l'éclatement de l'affaire, R.L.Y, ce multimilliardaire de 40 ans accusé pour façonnage de faux visas de séjour ou professionnels, devra comparaître devant le juge ce jour au Tribunal d'Anosy. Cela après les plaintes déposées par le ministère de l'Intérieur qui a saisi la Gendarmerie nationale en vue de l'enquête en décembre 2016, laquelle a débouché sur l'identification puis l'arrestation du présumé faussaire en février dernier.
Après l’embuscade ayant visé des taxis-brousse lundi vers minuit près d’Ambalavao sur la Rn7, c’est l’escalade entre les transporteurs et la Gendarmerie nationale. Pour montrer leur grief envers les gendarmes, les chauffeurs de taxis-brousse ont fait la grève dans la matinée d’hier à la gare routière du « Fasan’ny Karàna ». Aucun minibus ou aucun car n’a alors bougé du stationnement, du moins jusque vers le début de l’après-midi. Motif : protester contre ce que les plaignants ou ces transporteurs considèrent comme du laxisme, côté Gendarmerie.
Pour marquer d’une pièrre blanche la célébration du « Mandela day », la « Paositra malagasy » vient d’émettre un million de nouveaux timbres sur le territoire national. Le lancement officiel du timbre-poste dénommé « Nelson Mandela » s’est tenu hier au Carlton, Anosy. Madagascar est l’un des pays qui ont bénéficié l’agrément de la fondation Nelson Mandela, pour imprimer ce timbre-poste. Sur ce timbre figure la photo de Nelson Mandela faite avec de l’encre invisible et d’une couleur polychrome.
Le procès du politicien Alain Ramaroson, accusé de faux et usage de faux, s’est déroulé hier au Tribunal d’Anosy. Le jugement se rapporte à un conflit faisant s’entredéchirer les Ramaroson concernant le partage frauduleux du terrain familial à Andoharanofotsy, en 2013. Après 2 heures et demie de débats houleux, le juge a décidé de rendre le verdict le 25 juillet prochain. Les plaignants ont demandé des dommages et intérêts s’élevant à 2 milliards d’ariary.
Comme à chaque période de l’année, les incendies font des ravages dans le pays. Cette fois-ci, le Nord notamment des villes comme Befandriana-Nord et Nosy Be a été sévèrement touché…
Durant la saison des pluies, Antananarivo est toujours sous la menace de nouvelles inondations. L’année dernière, la plupart des endroits de la Capitale et ses environs étaient inondés. Andriantany figure parmi les canaux qui causent l’inondation dans les bas-quartiers durant l’été. Quelques temps avant la période des pluies, ce canal est envahi par les ordures ménagères, des sachets et bouteilles en plastique. Cela fait des mois que les responsables n’ont pas procédé à l’entretien des canaux d’évacuation d’eaux usées de la Capitale.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff