Dossier

AntananarivoDans la nuit du 1er au 2 avril 1971, des éléments de la gendarmerie et des miliciens du Parti social démocrate (PSD), parti du président Philibert Tsiranana au pouvoir, avaient réprimé atrocement le mouvement des peuples de l’Extrême-Sud de la Grande île, qui criaient famine. Ces milliers de damnés de la terre étaient sous la houlette du parti MONIMA («Madagasikara otronin’ny Malagasy» ou Madagascar dirigé par les Malagasy) de Monja Jaona. Bilan: 2.000 morts, 5.000 prisonniers, des villages entiers rasés et des militants du parti arrêtés à Antananarivo. Or, à la même époque, entre mars et avril 1971, les étudiants…
Dans la soirée du 13 mars dernier, après un petit ride du côté d'Imerintsiatosika, Ratsimbazafy Hambinintsoa Kevin, connu sous le nom de Kev ou Kevin, un jeune homme de 27 ans et père d'une petite fille de 6 ans et d'un garçon de 3 ans, a succombé suite à ses blessures après être victime d'un grave accident de moto à Mahamasina. A travers cet article, sa femme Ny Anjara Rafalimanana nous livre un témoignage assez bouleversant sur ce qui s'est vraiment passé et comment est devenue leur vie de famille actuellement.
Constitués majoritairement de violences économiques. Les chiffres sont alarmants en matière de violences basées sur le genre (VBG) à Antananarivo. Le rapport émanant des intervenantes sociales dépêchées par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF) auprès des sites d'hébergement à Antananarivo, suite aux inondations laissées par le passage du cyclone « Ana », à la fin janvier dernier, confirme ce fait. La hausse des cas durant la crise cyclonique ne concerne pas uniquement la Capitale, mais aussi les autres localités affectées, dont Mananjary. Des victimes en parlent…
A travers des programmes de transfert monétaire et des filets sociaux productifs, connus respectivement sous le nom de « Haraton'aina » et « Asa avotra mirindra », des milliers de familles bénéficiaires ont pu améliorer leurs conditions de vie. Financé par la Banque mondiale et mis en œuvre par le Fonds d’intervention pour le développement (FID), sous la coordination du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), ce système de protection sociale a touché près de 77% des femmes issues des ménages les plus vulnérables à Madagascar. Particulièrement à Manakara, 8.200…
Après celles entreprises à Manakara, la délégation conduite par Mialy Rajoelina, Première dame et non moins Présidente de l’association Fitia ont participé hier aux multiples activités menées à Antsirabe, lieu de célébration nationale du 8 mars pour cette année. L’épouse du Premier ministre, Léa Ntsay, les femmes membres du Gouvernement ainsi que les épouses des ministres étaient également au rendez-vous. Ceci sans oublier les ambassadeurs ou encore les partenaires techniques et financiers. Un reboisement pour lancer la célébration de la Journée internationale de la femme. 2 500 jeunes plants composés d’une trentaine d’espèces autochtones ont été mis en terre dans…

2021 - Les moments forts de l'année

Publié le jeudi, 30 décembre 2021
L'année 2021 a été marquée par des évènements historiques pour Madagascar. Retour sur certains de ces moments forts.
Page 1 sur 10

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff