Dossier

Course de « kalesa » sur la RN 1 Une autre façon de célébrer la fête de l'indépendance Si les uns ont brandi les lampions, les autres organisent des bals. Du côté de la RN 1, on a préféré faire la course de « kalesa » hier. En effet, plusieurs Communes sur cet axe ont été le théâtre de cette course improvisée et bien originale. L'événement a regroupé plusieurs centaines de participants, petits et grands. On pouvait y voir des petits véhicules comme on a l'habitude d'observer chaque jour, mais il y avait également des « kalesa » qui ont…
Si l’on doit donner un bilan, il se tourne plutôt du côté optimiste, annoncent les organisateurs de cet évènement phare de l’économie locale. D’après les chiffres, on a enregistré un record en termes d’affluence. On recensait entre vingt et trente mille visiteurs durant les trois premiers jours sans compter la journée de clôture où le public était à son comble. En effet, un gros travail de communication sur les conférences a été effectué afin d’optimiser au maximum l’impact des débats et discussion sur les thématiques que nous nous sommes efforcés d’améliorer en qualité. Notamment, en termes d’environnement et de technologie…
Vitrine incontournable du microcosme économique malagasy, la FIM, à sa dix-septième édition, accueille des centaines d’exposants tout aussi étonnants les uns les autres. La deuxième journée de la Foire, hier, a vu certaines innovations se démarquer aux yeux d’un public venu en nombre. « On veut être une vitrine du respect de l'environnement, de la production locale et de la qualité », souligne un de ces innovateurs.
La propagation du « Rôrô » est devenue incontrôlable, dans les rues, les écoles et les lieux de spectacles. La drogue est devenue une tendance pour la jeunesse mentalement faible. Au début, les narcotrafiquants les distribuent gratuitement pour rendre les jeunes dépendants. Etant dans le besoin, ces derniers commencent à voler jusqu’à commettre des crimes pour s’en procurer quelques doses. Certains jeunes ont recours à une cure de désintoxication après avoir été prisonniers de leur passion dangereux pendant des années, tandis que d’autres voient leurs corps et âme mourir à petit feu. Pour connaitre leur environnement, nous avons consulté des …
Il est 3 heures et demie du matin à Manankasina, une petite bourgade du nord d’Antananarivo, dans la Commune de Merimandroso, District d’Ambohidratrimo, heure à laquelle la plupart des villageois sont encore confortablement dans les bras de Morphée, qu’elle s’active déjà devant la marmite sur un feu de bois pour préparer le petit déjeuner avant d’attaquer une longue journée dans les champs.

Dossier - Antananarivo et ses maisons hantées

Publié le dimanche, 16 avril 2023
Une maison hantée est une demeure réputée pour être occupée par des esprits, fantômes, ou d'autres forces surnaturelles, ou encore un lieu d'habitation où se produisent des phénomènes surnaturels ou paranormaux inexpliqués. Une demeure ancienne, une histoire tragique, un immeuble construit sur un ancien cimetière, Antananarivo possède ses lots de mystères et de phénomènes paranormaux et presque chaque quartier à sa maison hantée. Voici quelques-unes de ces histoires racontées par des témoins qui sont des locataires ou d'anciens propriétaires.
Aina, de son vrai nom Andrianantenaina Tolotriniaina, pratique la chiropratique depuis de nombreuses années. Cet homme, originaire d’Ambatondrazaka, a hérité son talent de son grand-père qui pratiquait aussi le massage thérapeutique dans la Région d’Alaotra. Aina est arrivé à Antananarivo en 2007 et depuis, de nombreux patients ont été guéris par ses mains magiques. « Mon cabinet est ouvert de 6h 30 à 19h. Ici, personne ne rentre bredouille et insatisfaite. Je n’ai jamais reçu de reproches de la part de mes clients depuis que j’exerce ce métier. La plupart d’entre eux ont même demandé s’ils peuvent revenir tous les…

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff