Publié dans Economie

Exportation de vanille - Des opérateurs préfèrent spéculer

Publié le mardi, 15 septembre 2020

1 900 tonnes. C’est la prévision de la quantité de vanille à exporter cette année. Le début de campagne d’exportation a commencé hier et s’achèvera à la fin du mois de mai 2021. Les opérateurs disposent ainsi de huit mois pour vendre les vanilles préparées, selon la note publiée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA). Parmi les 231 demandes déposées, 124 opérateurs ont reçu leur agrément. Bien que le feu vert soit déjà lancé, le premier jour s’annonce plutôt morose pour certains opérateurs, d’après un responsable auprès de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) à SAVA, la plus grande Région productrice de Madagascar.

Des exportateurs préfèrent attendre une situation économique plus favorable avant d’expédier leur épice. « Le confinement a entraîné une chute de la demande, que ce soit au niveau national ou au niveau mondial. On ressent l’effritement du pouvoir d’achat de la population. A l’heure actuelle, les vanilles préparées se négocient bien au-dessous du prix de référence fixé par le Gouvernement. Sur le marché national, l’or noir s’achète entre 200 000 à 260 000 ariary le kilo alors que le prix de référence s’élève à 650 000 ariary le kilo. Cette situation est également liée au fait que notre Région se trouve encore au stade du pic de la pandémie. Les restrictions de déplacement restent encore en vigueur. En conséquence, nous ne pouvons pas bouger d’ici pour trouver des clients dans les autres Régions. Et même sur le marché international, les opérateurs ont du mal à trouver des clients sauf ceux qui reçoivent annuellement des commandes », rapporte le responsable.

Le président du groupement des exportateurs de vanille à Madagascar, Georges Geeraets a réaffirmé cette prudence des opérateurs dans une presse internationale. « Aujourd’hui, il n’y a pas encore d’impact directement mesurable à Madagascar. Toutefois, le confinement en Europe et aux Etats-Unis a conduit les ménages à faire leurs achats en ligne plutôt que dans les grandes surfaces. Nous subissons pour le moment un comportement attentiste de la part du marché à l’extérieur. La situation de pandémie mondiale doit probablement influencer les décisions et les stratégies d’achat », déclare-t-il.

Malgré les contestations, le ministère de tutelle veut pérenniser à tout prix la filière et garder notre position de leader mondial sur le marché. « Des mesures accompagneront les acteurs locaux dans cet effort, notamment pour la traçabilité, la recherche et le développement, les missions de développement commercial, le suivi dans l’utilisation frauduleuse de l’appellation "vanille naturelle" sur le marché, et enfin une campagne de communication internationale pour parler du savoir-faire, des pratiques durables entreprises par les acteurs et du taux de vanilline qui fait l’exception de la vanille de Madagascar », indique Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. A rappeler que la filière vanille représente 7 % du produit intérieur brut du pays.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff