Publié dans Economie

Sortie de devises - Plafond de 10 000 euros pour les voyageurs

Publié le mercredi, 21 juillet 2021


Limité. Afin de lutter contre l’accroissement du phénomène de fuite de capitaux et la sortie illégale de devises, de nouvelles dispositions ont été prises par le ministère de l’Economie et des Finances. « Désormais, la limitation du montant de devises sous forme de billets de banque que les voyageurs qui vont sortir de Madagascar peuvent emporter avec eux est plafonnée à 10.000 euros ou son équivalent en d’autres devises », annonce le MEF dans son bulletin de communication de ce mois de juillet. En effet, une mise à jour de la réglementation régissant ce secteur a été entamé à travers l’élaboration d’un nouveau projet de loi sur les changes. Pour ce faire, l’opérationnalisation prochaine du module « Allocation de devises », dans le SIG-OC ou Système intégré de gestion des opérations de change à Madagascar, est aussi envisagée dans ce souci de renforcement de contrôle des sorties de devises aux frontières et du suivi des opérations de change manuel. Les réformes sur les changes ont ainsi été opérées dans l’objectif de rapatrier des devises nées notamment des exportations. « Certes, ces recettes d’exportation ne rentrent pas dans la caisse de l’Etat dans la mesure où elles sont les produits de vente des exportateurs. Cependant, leur rapatriement et leur cession sur le marché des changes contribuent amplement à alimenter les offres de devises et agissent ainsi sur l’appréciation de la monnaie nationale », estiment les responsables au sein du MEF. Une manière pour ces derniers d’expliquer qu’entre autres, c’est de cette façon que le ministère arrive à assurer un contrôle et suivi des flux de rapatriement de devises par les exportateurs en partant des actions de sensibilisation de ces derniers jusqu’aux stades de sanctions pour les plus sceptiques. D’ailleurs, les opérateurs les plus récalcitrants ont été récemment traduits en justice pour non-respect des textes régissant l’obligation de rapatriement de devises. En effet, depuis l’application de ces mesures, une amélioration des contrôles de l’exportation, notamment dans la filière vanille et la régulation du secteur aurifère, a été constatée. De plus, pour assainir davantage le secteur de change, le MEF songe à adopter d’autres mesures de sanction comme l’instauration d’une amende administrative qui vise à assurer une transparence d’application de celles encourues en cas d’infraction à la réglementation des changes. L’objectif final étant la stabilisation de la monnaie nationale par rapport aux monnaies de référence en change à travers l’accroissement de l’offre de devises sur le marché des changes et de limiter la fuite des capitaux.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff