Publié dans Editorial

Récupérer mais non … !

Publié le mercredi, 12 août 2020

La Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) reprend son droit.  Naina Andriantsitohaina, le nouveau magistrat, dûment élu, de la ville des Mille corrige les dérives du passé. Il redresse les torts infligés par certains élus indélicats aux dépens de sa circonscription et de ses habitants. Il est de son droit le plus absolu de récupérer le patrimoine de la Commune entre les mains des responsables ou des élus sans foi ni loi.

 

Le maire d'Antananarivo Naina Andriantsitohaina, par une lettre signée en date du 30 juillet, résilie le contrat de bail emphytéotique entre Malagasy Broadcasting System (MBS) et la CUA datant du 8 août 2000. La « lettre de préavis» donne six mois à la station de l'ex-Chef de l'Etat pour plier bagage. De source auprès du dossier, la raison initiale qui a poussé la  nouvelle équipe d'Analakely à prendre une telle disposition repose sur l' « usage personnel » d'un domaine appartenant exclusivement à la Commune. C'est ainsi que le premier magistrat de la Capitale n'a fait que … récupérer un bien appartenant à la communauté mais non pas accaparer par force une propriété d'un autre.

En 1975, à peine investi des pleins pouvoirs à l'issue d'un référendum, le jeune capitaine de frégate Didier Ratsiraka nationalisa les banques et entreprises commerciales et industrielles appartenant aux grands capitaux étrangers, dont la France, installés à Madagasikara depuis des décennies. Aucune puissance étrangère à même l'ancienne Mère Patrie n'avait pas pu rien faire autrement que céder et cela pour la simple raison que le jeune Ratsiraka ne faisait que … récupérer les biens appartenant à la Nation. Il ne reste aux puissances « dépossédées » que s'entendre sur les clauses d'indemnisation.  

L'exemple vécu à l'époque de la République Démocratique de Madagasikara (RDM) peut être considéré comme à l'extrême. En effet, des mesures radicales par le régime de la dictature rouge de l'Amiral Ratsiraka ont fait grincer des dents. Mais il y a quand même des similitudes de cas. Le clan Ravalomanana avait pris par ruse ou par force un patrimoine appartenant à la Commune. Profitant de son statut de maire (élu), il fit passer un contrat de bail entre la Commune qu'il dirige et une station de radio et télévision lui appartenant personnellement et ce avec un loyer honteusement dérisoire de l'ordre de 800 Ar par mètre carré. Si ce n'est pas un abus de pouvoir et une tromperie à la manière des colons « vazaha », cela ressemble trop !

Le problème avec l'ancien magnat du lait réside du fait qu'il éprouve un malin plaisir d'usurper les biens d'autrui en particulier ceux de l'Etat. Ravalomanana Marc, du temps où il tenait d'une main de fer les rênes du pouvoir au sommet de l'Etat, a réussi par on ne sait de quelle magie à agrandir son domaine familial jusqu'à « phagocyter » un immeuble public du Contrôle financier. Comme par enchantement le « tranom-panjakana » relevant du ministère des Finances disparaît comme si de rien n'était. Même scénario à Andohatapenaka et Ambatondrazaka  où des terrains fertiles tombèrent sans autre forme de procès entre les mains de l'ex-dictateur.

Evidemment, Ravalomanana Marc fulmine de rage. Il se croit être victime d'une injustice mais il n'a qu'à mordre son petit doigt. Ce n'est qu'un retour de manivelle !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff