Publié dans Editorial

Silence stratégique

Publié le jeudi, 10 septembre 2020

Le Sénat français rejette le concept de « restitution » des Iles Eparses à Madagasikara, une option revendiquée par le Président malagasy Rajoelina Andry. Le 3 septembre 2020, par le biais d’une commission sénatoriale, 113 sénateurs soutiennent le principe de la souveraineté de la France sur les Iles Eparses. Tandis que 79 demandent la création d’une réserve naturelle et 14 reconnaissent la restitution voulue par Madagasikara. Bref, les sénateurs se rangent du côté de la position brandie  par le Gouvernement Macron. Une provocation de plus de la France voire un deuxième couteau dans le dos des 25 millions de Malagasy.
Le 24 octobre 2019, Emmanuel Macron, les pieds levés sur le sol des Iles Glorieuses, déclarait urbi et orbi « Ici, c’est la France ». Une provocation qui ne dit pas son nom. Une atteinte qui va tout droit dans les esprits des citoyens de la République de Madagasikara. Une manière flagrante de tuer dans l’œuf la commission mixte chargée d’étudier le sort de ces « perles rares » perdues entre le Canal de Mozambique et l’océan Indien, dans les eaux territoriales de Madagasikara.
A l’issue de ce vote, le Sénat français défie la souveraineté de la République malagasy. Pour le moment, les autorités de la Grande île n’ont pas souhaité s’exprimer officiellement. Elles adoptent le sage principe du silence et laissent le champ libre aux acteurs politiques et des membres de la société civile, jaloux de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale de Madagasikara, de livrer leurs points de vue. Quelque part, le philosophe Aristote dit « l’ignorant affirme, le savant doute et le sage réfléchit ». Le Président Rajoelina Andry préfère réfléchir avant de se prononcer. Le sujet est trop délicat et mérite encore plus d’attention. De toute évidence, il y a des priorités du moment et des défis à relever auxquels on se doit de focaliser toute l’énergie. La bataille contre la pandémie est loin d’être gagnée. Il ne faut pas qu’on se leurre, le virus s’accroche et risque même de refaire de lourds dégâts si l’on se trompe de combat. Il y a lieu aussi de s’atteler à la lutte contre les méfaits pervers de la pandémie auprès de la population. Le Chef de l’Etat place toujours en première ligne d’attaque la lutte contre la pauvreté. « C’est urgent ! » selon ses propres termes. 
Madagasikara réclamait, depuis 1960 jusqu’à ce jour, la restitution des Iles malagasy dans le giron du territoire national de la République malagasy. Les dirigeants du pays, à l’instar de Ratsiraka Didier, ont porté l’affaire devant l’assemblée générale de l’ONU. Cette dernière, l’instance suprême de l’organisation, approuva la requête de Madagasikara et ce à deux reprises. Mais la France, membre permanent du conseil de sécurité, l’ignore indifféremment. Et l’exemple, plutôt le mauvais, vient d’en haut !
Le Président malagasy Rajoelina a été  sans équivoque dans sa réponse à une question relative aux Iles Eparses posée par des journalistes  français de la RFI et de France24, entre une « co-gestion » ou la « restitution », l’homme fort du pays répondit la « restitution ».  Ce qui provoque l’ire de l’Elysée qui déclenche une consultation publique.
Le Gouvernement malagasy préfère, pour le moment, se taire. Mieux vaut un silence stratégique qu’une déclaration imprudente. On verra.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff