Publié dans Editorial

De la prudence maximale !

Publié le dimanche, 13 septembre 2020

On n'est jamais trop prudent, dit-on ! Le pays déconfine. Soit ! Les restaurants rouvrent toute la journée jusqu'à une heure indue. Les karaokés et les bars de nouveau sur les rails, hormis les boîtes de nuit. Ce week-end, les Hôtel Glacier d'Analakely ou les Trass de Tsiadana et autres ont été vivement animés. De chaudes retrouvailles enflammèrent l'ambiance. Les artistes, de leur côté, peuvent organiser des évènements. Tout comme les églises ont la possibilité d'ouvrir de nouveau leurs portes. Ainsi, des cultes ou des messes ont pu déjà avoir lieu. Sans oublier le secteur du transport national qui reprend du service selon un calendrier bien établi, hormis le circuit international.

Les usines fonctionnent de nouveau. Et ainsi de suite, la vie retourne à la normale ! Le train-train quotidien revit. Monsieur tout-le-monde vaque à ses activités journalières. En contrepartie, le respect strict des mesures et consignes, notamment le port de masque, le lavage des mains et les gestes barrières, demeure toutefois valable et même renforcé sinon exigé. Même si le Chef de l'Etat ne l'a pas insinué publiquement, la dernière fois, le relâchement presque à 100 % du confinement est assorti d'une conditionnalité reposant sur le respect très strict des consignes données. Sinon, dans le cas où la « bête » viendrait à revenir et reprendrait de la force, on retourne à la case départ. En tout cas, la menace est réelle. L'épée de Damoclès n'attend que le moment idéal pour sévir.

Bien que, fort heureusement, le taux de guérison enregistré le week-end dernier à Madagasikara dépasse la moyenne mondiale, il y a néanmoins lieu de s'armer d'une prudence maximale. Selon les dires du Professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, le jeudi 10 septembre, sur la base d'un même mode de calcul, le pourcentage de guérison à l'échelle mondiale est de 67,38 % tandis que celui de la Grande île atteint 91,49 %.

Très encourageant, mais soyons toujours prudents. Et gardons la tête et les pieds sur terre !

Les bilans de la pandémie de la semaine passée nous laissent un goût amer et bien plus encore nous replongent dans un sentiment d'angoisse. Face à ce nombre élevé des guéris, celui des contaminés reprend du poil de la bête. Il atteint de nouveau la barre fatidique des 100. Attention ! Tout récemment, nous avions tiré la sonnette d'alarme à travers cette colonne éditoriale sur le risque d'un retour de vague, le ressac de la Covid-19, dans « Quid de la deuxième vague ! » Des pays comme la France retombent dans le piège de cette pandémie. L'Hexagone se retrouve dans la ligne de mire du virus. Ces derniers jours, les cas des nouveaux contaminés explosent. Le retour au confinement plane incessamment.

Toutes les consignes ne doivent point être sous-estimées donc prises au sérieux. Le virus de la Covid reste toujours fatal et létal. Que personne ne se laisse emporter vers un optimisme béat. Un laisser-aller généralisé portera gravement préjudice à l'avenir du pays. Le port de masque, les gestes barrières et le lavage des mains gardent foncièrement encore leur caractère prioritaire. Le pays ne peut pas se permettre de revivre le confinement total au risque de nuire complètement les assises de l'économie nationale.

De la prudence maximale, s'il vous plait !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff