Publié dans Editorial

En avant, la relance !

Publié le vendredi, 25 septembre 2020

Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

L'ambiance politico-sociale qui prévaut dans le pays s'alourdit au fur et à mesure où l'on maintient la pression du « rester chez soi ». D'épais nuages noircissent le firmament. L'opinion s'excite voire s'énerve. Tout le monde navigue en haute mer, en eau trouble. On est sur les nerfs. Et la lourdeur de l'atmosphère sociale se fait sentir au toucher. Il suffit d'un rien pour que tout s'embrase. Les formations politiques évoluant dans la sphère de l'opposition exploitent habilement la situation. Etant entendu qu'elles manquent d'arguments valables afin de déstabiliser le fondement du régime MAPAR, on profite de l'aubaine offerte par les effets nuisibles de la pandémie du nouveau coronavirus. Les apprentis sorciers de l'autre rive exigent, à tout bout de champ, tantôt la transparence sur la gestion de la pandémie et on ne s'embarrasse désespérément à des tirs croisés contre les Institutions telles la HCC, la CENI etc., tantôt on fustige le prochain scrutin des sénatoriales. Et on brandit le spectre du boycott. Bref, les supposés opposants ne savent plus sur quel pied danser. Tellement, la situation échappe à leur contrôle qu'ils se rendent malheureusement ridicules à travers leur « prestation ». La Communauté internationale, en général, les partenaires techniques et financiers (PTF), en particulier qui soutiennent à bloc les efforts du Gouvernement ne cachent pas leur gêne face à de tels comportements puérils.

Ensemble, les 25 millions de malagasy doivent avancer sans hésitation et affronter comme un seul homme tous les défis qu'impose la relance du pays. L'heure n'est plus à la tergiversation. Il s'agit d'une course contre la montre. Des vies humaines, des animaux d'élevage, des infrastructures sociales et économiques à sauver coûte que coûte. Le temps qui reste ne joue point en notre faveur.

Tous les secteurs-clés (tourisme, zones franches, les unités industrielles, etc.) agonisent. Tous les indicatifs sur le Tableau de Bord du pays virent au rouge. Tout est urgent ! Les tenants du pouvoir se trouvent au pied du mur. Ils n'ont pas le droit d'échouer. Il faut se hâter sans se précipiter ! 

Le Gouvernement affûte les armes. Tous les membres de l'Exécutif sont sur le pied de guerre et prêts à l'assaut. Le Plan multisectoriel de relance a été déjà établi pour être mis en marche. Mais attention ! Ensemble, nous devons nous unir en bloc, l'union fait la force. Ensemble, soyons vigilants et prudents ! L'ennemi invisible guette toujours nos moindres relâchements pour attaquer sans état d'âme.

Que personne ne déserte ! En avant la relance !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff