Publié dans Editorial

Entre de bonnes mains !

Publié le vendredi, 01 octobre 2021

Qui dit que le pays va mal, pire qu'il y a seulement quelques années ? Qui ose proférer que les conditions de vie des malagasy se détériorent, que tout est sombre et que l'avenir se noircit ? Certes, tout n'est pas rose ! Et que certains écueils résistent ! Mais, il faut indécemment faire preuve de mauvaise foi manifeste pour oser crier que l'IEM meurt à petit feu et que le « Velirano » agonise ! Un minimum d'objectivité à travers une analyse sensée et une observation raisonnable nous poussent à reconnaître toutefois que les choses sérieuses commencent. Les ténors du RMDM et les radicalisés du TIM, obnubilés par les rancœurs contre Zandry Kely, broient noir.

 

Du point I au point XIII, le « Velirano » bouge. Comme tout être qui bouge, il est vivant ! Des difficultés, il y en a ! Des échecs, on le reconnait. Mais de là à dire que le pays tombe, la tête en bas, dans les abîmes de l'adversité, c'en est trop !

 Apparemment et eu égard aux efforts entrepris et qui continuent d'être, le pays est entre de bonnes mains. Le régime Orange ne badine point. Rajoelina Andry, le Chef de l'Etat, tient haut le principe selon quoi « ne pas mentir au peuple ». Tout ce qu'il le dit en promesse, il le fait en actes. Il le réalise. Le locataire d'Iavoloha prend très au sérieux les engagements tenus auprès des concitoyens. Au rythme des  réalisations ou des actions en cours, les XIII points du Velirano seront concrétisés du moins en bonne voie d'être à la fin du mandat, en 2023. D'ailleurs, c'est la raison qui irrite les postulants pour le mandat suivant. Ils redoutent pertinemment que l'actuel numéro un du pays, s'il se présente pour sa propre succession, survolera le débat et mettra les urnes dans le sac.  

Le Gouvernement met tout le paquet pour éradiquer l'insécurité, ce fléau qui cause trop de dégâts à la population. Les dahalo et les bandits vont subir la foudre des Forces de l'ordre. L'ordre émis par le PM est sans équivoque : « stop à l'insécurité ! »

Le kere dans le Sud, le point focal des efforts urgents engagés par les tenants du régime, connaîtra une grande mobilisation afin d'améliorer les conditions d'existence des concitoyens vivant dans cette partie déshéritée de la Grande île. Une bonne partie du fonds, 332 millions de dollars, octroyé par le FMI sera déployée dans le  Deep South. Le Chef de l'Etat Rajoelina et son épouse, en déplacement justement depuis jeudi sur place, déclenche la machine.

L'inflation verra ses jours comptés. Les vingt bateaux « bourrés » de PPN qui débarqueront d'ici peu subjugueront cette gangrène (inflation) qui fait trop souffrir les ménages du petit peuple. Le MICC mettra en branle son savoir-faire, avec les nouveaux contrôleurs et commissaires des prix, pour soulager le malheur des gens.

La corruption conjuguée au présent éternel avec l'impunité encaissera pour sa part les rafales imparable du régime. L'Agence de recouvrement des avoirs illicites dont la création vient d'être adoptée en Conseil des ministres entre en vigueur incessamment. Gare à ceux ou celles qui s'étaient enrichis sur le dos des 25 millions de malagasy.

En de bonnes mains, le pays se dirige vers l'émergence !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff